Célébration du Printemps amazigh, Le RPK appelle à une marche «rassembleuse»

Elwatan; le Lundi 16 Avril 2018
1


«Le RPK, partie prenante de la dynamique citoyenne, appelle la population à marcher massivement, le 20 avril, pour faire de cet anniversaire un moment de fraternité, de convergence et d’unité de l’ensemble des militants de la cause amazighe dans le respect de la diversité des opinions politiques.

Sa symbolique doit être respectée par tous, et tout doit être fait pour mettre en échec la volonté du pouvoir de le récupérer pour ensuite le folkloriser», lit-on dans la déclaration de ce mouvement qui ajoute que «l’occasion est aussi pour le recueillement à la mémoire des militants disparus et tout particulièrement ceux du Printemps noir de 2001 qui ont consenti le sacrifice suprême dans les événements de Kabylie».

Les rédacteurs de ce document, signé par le coordinateur du RPK, Hamou Boumedine, précisent aussi que «le combat identitaire, culturel et linguistique n’avancera de manière décisive que si nous intégrons les questions de la redéfinition de la nation algérienne et de la refondation de l’Etat. Pour sortir de la crise multidimensionnelle, la voie est dans la construction d’un projet politique intégré et novateur.

Celui-ci doit nécessairement s’appuyer sur ces questions identitaires et culturelles, mais aussi sur les préoccupations économiques, sociales et environnementales». Le même texte relève, par ailleurs, que «la Kabylie aura tout à gagner en se réappropriant les leviers institutionnels pour gérer de manière autonome son avenir et en se dotant en priorité d’un système éducatif propre, sans pour autant tourner le dos aux questions nationales, notamment celles liées aux droits de l’homme et la démocratie.

Ce projet n’est possible que si la Kabylie se dote d’un gouvernement et d’un parlement régionaux». Les rédacteurs de cette déclaration rappellent, en outre, que «la dynamique de la jeunesse kabyle, qui s’est manifestée en décembre dernier, doit être prolongée pour maintenir la mobilisation citoyenne autour des questions aussi fondamentales que la politique linguistique en cours d’élaboration : l’Académie et la loi sur la promotion de la langue amazighe, si elles sont laissées à la seule initiative des décideurs et de leurs relais locaux, vont aller certainement dans le sens des intérêts du pouvoir central.

Le RPK renouvelle son appel à l’unité des rangs et à la constitution d’une structure ad hoc transpartisane pour répondre collectivement à ces questions tant sur le plan politique que juridique».
 

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Hafid Azzouzi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..