En dépit d’un manque flagrant de moyens, Réagissez

Elwatan; le Lundi 12 Fevrier 2018
145321


La venue du dramaturge Abdelkader Belkaïd, du Théâtre régional d’Oran, pour animer une conférence et s’adonner à une lecture sémiologique de la pièce El Ajouad, du défunt Abdelkader Alloula, n’a pas échappé aux dramaturges skikdis, qui lui ont de tout temps voué une grande admiration. Abdelmalek Benkhallef, président de l’Association du festival du théâtre de la ville de Skikda, expliquera d’abord que cet événement n’est pas le premier du genre.

«C’est là la 18e édition de notre club théâtral et nous avons tenu à rendre hommage au défunt Alloula, en invitant l’un de ses plus proches collaborateurs, Belkaïd en l’occurrence, qui aura également à nous honorer d’une lecture d’un passage de la pièce de Homk Salim, qu’il a eu à interpréter», a-t-il déclaré. Il ajoutera que cette manifestation ne pouvait se faire sans l’aide et le soutien de la Bibliothèque centrale, du Théâtre régional, de l’APC et de la direction de la bibliothèque communale «Notre association ne dispose pas de moyens pouvant lui permettre d’organiser ce genre d’événement.

Cela fait des années que nous survivons sans subventions, en dépit des demandes maintes fois répétées aux directions de la culture et de la jeunesse, ainsi qu’à l’APC. Néanmoins, nous continuons d’activer pour redorer, un tant soit peu, le blason de la chose culturelle locale», ajoute notre interlocuteur, en revenant sur les objectifs de son association, qui s’articulent essentiellement autour de «la formation d’un public théâtral et garder le contact avec ce même public, d’autant plus que les journées du théâtre que nous avions l’habitude d’organiser ont été mises en sourdine depuis 2013 vu le manque de moyens dont nous avons déjà parlé».

Puisse ce cri de détresse des membres de l’association être entendu. Tout le monde sait à Skikda qu’il existe encore des associations budgétivores et n’activant que sur les réseaux sociaux qui profitent de la manne de l’argent public sans jamais apporter la moindre contribution culturelle ou intellectuelle, alors que d’autres bénévoles continuent d’apporter un plus, en silence !
 

Categorie(s): culture

Auteur(s): Khider Ouahab

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..