Enseignement des langues étrangères, Remarquable progression du français

Elwatan; le Mercredi 13 Juin 2018
148063


Entre des débats d’arrière-garde, la langue de Molière est qualifiée tantôt de langue de «l’ennemi» qu’il faut combattre, tantôt d’héritage défendu par les adeptes de «hizb frança» (partisans de la France) qui ont «trahi l’âme arabo-islamique de l’Algérie». Alors que le cerveau de l’élève algérien est continuellement matraqué par ces discours, les enfants de la nomenklatura poursuivent, quant à eux, leur cursus scolaire dans des établissements français ou carrément à l’étranger. Mais, pour les professionnels, la situation de l’apprentissage de la langue française en Algérie «connaît une avancée remarquable, notamment depuis quelques années», explique Mohand Outahar, président de la Coordination nationale des enseignants du français d’Algérie (CNEFA).

Dans l’entretien accordé à El Watan Etudiant, il explique ce phénomène par «le dévouement des enseignants de la matière, aussi bien dans le secteur public que privé. L’accès aux nouvelles technologies a également encouragé un enseignement efficace du français, surtout avec la généralisation progressive de l’outil internet qui est arrivé même dans les localités les plus reculées du pays». La CNEFA, rappelle son président, œuvre justement dans le sens de créer un espace d’échanges et de concertation sur les différents plans ; pédagogique, culturel, relationnel et même comportemental, où se conjuguent les bonnes volontés, les expériences du terrain, dans une vision purement associative, précise-t-il. La CNEFA regroupe les professionnels de la langue française «dans un cercle de savoir et de discussion, où convergent des initiatives et des compétences qui ne verseront que dans l’intérêt de l’apprenant et, a priori, de l’école algérienne», explicitent les statuts de cette association.
 

Categorie(s): etudiant

Auteur(s): Hafid Azzouzi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..