Sétif : Les Qataris s’intéressent à la gestion des déchets

Elwatan; le Jeudi 4 Aout 2016
1


La triste réalité est malheureusement omniprésente. Ce triste décor qu’on ne peut cacher fait mal aux nostalgiques de Sétif du bon vieux temps. Ne manquant pourtant pas  de moyens, les gestionnaires de la ville éprouvent les pires difficultés à trouver une solution au ramassage et à la gestion des déchets ménagers qui s’amoncellent ici et là. Ce volet  est l’une des principales bêtes noires des responsables de l’agglomération tombant dans la décrépitude.

L’achat en 2015 de dix nouveaux camions et la concession de 17 secteurs à l’Ecoset (une entreprise de wilaya) n’ont toujours pas donné les résultats escomptés. Un tel échec n’échappe pas aux pouvoirs publics à l'affût de la  moindre opportunité pour  redorer le blason de la  cité. Estimant que ce créneau est l’or noir de demain, un groupe qatari propose  non seulement  de rénover ces déchets comme produit ayant une valeur,  mais  de les  transformer en  ressource  financière de premier plan. Un plan d’action d’un coût de 15 millions de dollars (l’équivalent de plus de 1,5 milliard de dinars) a été, nous dit-on, présenté aux autorités de la wilaya. Selon certaines indiscrétions, les Qataris, qui ont bien étudié le sujet, tablent sur la gestion de 500 tonnes/j, et sont disposés  au  financement total ou à participer avec  des parts oscillant entre 20 et 80%. Pour rentabiliser le projet, dont la finalité est l’exportation d’une bonne partie des déchets récupérés, le wali de Sétif, Mohamed Bouderbali, aurait  chargé des membres de l’exécutif de bien étudier le cahier des charges, dont certains points avantagent l’autre partie.

Afin d’avoir de plus amples informations, nous avons pris attache avec la direction de l’environnement de la wilaya. En l’absence du directeur, en congé annuel, l’intérimaire ne pouvait éclairer nos lanternes. En attendant la concrétisation d’une importante opération génitrice de richesses et d’emplois, la récupération et le tri des déchets ménagers sont toujours le souci majeur de la ville de Aïn Fouara. Il convient de souligner que la collecte sélective, le tri et la valorisation des déchets boostent non seulement le cadre de vie du citoyen, mais représentent un gisement pour la collectivité et le pays.

Pour rappel, la gestion des déchets est un puissant facteur économique en Europe. Pour l’illustration, cette industrie réalise un chiffre d'affaires annuel de plus de 100 milliards d'euros et emploie environ 1,5 million de personnes du vieux continent. En Allemagne, cette branche permet à plus de 240 000 personnes de gagner leur salaire et elle produit un chiffre d'affaires annuel d’environ 37 milliards d'euros. Qui dit mieux ?

Categorie(s): setif

Auteur(s): Kamel Beniaiche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..