Un cadre associatif pour les étudiants en sciences médicales, NEMS ou le serment d’Hippocrate et du bénévolat

Elwatan; le Mercredi 21 Mars 2018
146160


Dimanche dernier, les membres du bureau ont organisé une journée de sensibilisation à la lutte contre le cancer.

Une énième activité dans leur agenda qui s’étoffe de jour en jour et les propulse au-devant de la scène associative locale. «Nous travaillons au sein de l’association sous quatrecomités, dont Scoph (Standing Committee On Public Health), Scom(Éducation médicale), Scop (Echange et projet) et Scosca (Comité permanent des activités culturelles et sportives)», nous a expliqué d’emblée Anfel Satour, chef adjointe du comité Scoph.

Et de poursuivre : «Nous avons organisé cette journée pour sensibiliser le public au cancer, particulièrement le celui du sein. Dans notre programme d’aujourd’hui, nous aborderons aussi les nouveautés en matière de traitement et nous verserons également dans la prévention avec une séance de palpation. Il y aussi des témoignages de malades.

Le volet psychologique, qui, indéniablement, va de pair avec celui thérapeutique, n’est pas négligé. Le Pr Fayçal Bahni se chargera de cet aspect.» Cette étudiante en 5e année de pharmacie, très dynamique, un sourire qui ne quitte jamais son visage, parle avec emballement de cette aventure humaine avant d’être médicale.

Elle est partisane d’une stratégie de vulgarisation qui lie le volet académique aux activités ludiques. «Les thèmes qui traitent des pathologies lourdes peuvent être abordés avec des quiz, entre autres, pour véhiculer les messages de vulgarisation et de prévention. C’est ce que nous adoptons au sein de l’association lors de nos activités», insiste notre interlocutrice.

VERS UNE LARGE VISIBILITÉ

National Elite Of Medical Sciences, dans sa représentation dans la capitale de l’EST, est en passe de tenir le haut du pavé. Certes, elle n’est pas la seule sur le terrain, il existe au moins une autre association du même acabit et qui s’investit dans le même créneau. Mais peut-on parler de concurrence en pareil cas ? A ce niveau, il est plus approprié de privilégier le terme «émulation».

Cette incitation à mieux faire est donc décelée chez les membres de ladite association. Ces étudiants en médecine, pharmacie et chirurgie dentaire, prennent sur le temps et leurs loisirs afin d’organiser des activités à bon escient et fortement d’utilité publique. Ils ont brillé par leur présence lors du Salon de l’étudiant Khotwa, dans son escale à Constantine, en février dernier. Un stand qui n’a pas désempli, tant les animateurs se sont avérés engagés et maîtrisant leur mission. 

«Une mission multiple, dont celle de l’implication des étudiants dans les domaines social et humanitaire, de la familiarisation avec le bénévolat, tout en servant de forum pour les étudiants en médecine, afin de discuter des sujets se rapportant à la santé publique, l’éducation et la science, mais aussi de canaliser les capacités pour le bien de la société», une devise que nous rappellera un autre membre. Preuve de cet engagement, le chapelet d’événements initiés, tantôt à l’université, tantôt dans d’autres structures culturelles, ou de jeunes. Rien que pour le mois de mars en cours, au moins trois dates ont été retenues.

Le comité Scom a organisé le «Suturing Basics», à l’université Constantine3, qui abrite la faculté des sciences médicales. Un workshop réparti sur deux volets, dont un théorique et l’autre pratique. «La partie théorique a été animée par Dr Nouri, spécialiste en neurologie, et Dr Abdennour, spécialiste en chirurgie maxillo-faciale. La seconde partie, réservée à la pratique, s’est effectuée sous forme d’ateliers, offrant ainsi une opportunité aux étudiants d’apprendre les techniques de base des sutures, qui sont indispensables à tout médecin ou chirurgien-dentiste», nous a-t-on informés.

Pour sa part, le Scosa (Comité permanent des activités culturelles et sportives) a opté pour la compétition à travers un tournoi de futsal pour huit équipes composées d’étudiants des sciences médicales, dont le déroulement a lieu au niveau de la salle de sports de la résidence universitaire Aïn El Bey 04. Il y a eu auparavant «une journée de formation 1er cycle sur l’impact des nouvelles données sur la compréhension de l’autisme, l’augmentation des chances de scolarisation et la gestion des crises de comportement». Une initiative menée en collaboration avec l’association Wafa et animée par Dr Mezidi, experte canadienne et fondatrice de Autism-exc.

Categorie(s): etudiant

Auteur(s): Naïma Djekhar

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..