A fonds perdus: La fin de l’Empire

Lesoir; le Mardi 12 Decembre 2017
2

Par Ammar Belhimer
ambelhimer@gmail.com
Au
début des années 1970, avant d'être un auteur très en vue et professeur
d'histoire à l'Université du Wisconsin-Madison, Alfred McCoy était un
jeune universitaire rebelle qui a pénétré la zone de guerre en Asie du
Sud-Est pour enquêter sur les relations entre la CIA, les syndicats du
crime et les seigneurs de la drogue locaux.
Des décennies d'enquête viennent de donner naissance à un nouveau livre,
In the Shadows of the American Century : The Rise and Decline of US
Global Power (Dans l'ombre du siècle américain : La montée et la
décadence du pouvoir global des Etats-Unis) qui étudie l’usage par
Washington de la cyberguerre, de la guerre spatiale, des pactes
commerciaux et des alliances militaires afin de conserver son statut d’hyperpuissance.
Il en parlait récemment au quotidien de gauche américain The Nation.(*)
McCoy revient brièvement sur son premier ouvrage à succès The politics
of heroin in southeast Asia dans lequel il s’est longuement étalé sur le
rôle du trafic de l'héroïne dans les politiques françaises et
américaines en Thaïlande, au Viêtnam et au Laos : «En suivant le sentier
de l'héroïne du Sud-Viêtnam, où un tiers des soldats américains étaient
de gros utilisateurs, j'ai été témoin d'une guerre secrète menée par
l'armée clandestine de 30 000 miliciens locaux de la CIA dans les
montagnes du nord du Laos où le pavot à opium était cultivé.» Le lecteur
francophone pourra consulter cet ouvrage publié sous le titre de La
politique de l’héroïne (l’implication de la CIA dans le trafic de
drogues), aux éditions Lezard, en 1999.
Dans son dernier ouvrage A l'ombre du siècle américain, il s’attaque à
«l'empire le plus puissant et le plus prospère de l'histoire du monde,
mais aussi le moins étudié et le moins compris».
Empire. Le terme est très récent s’agissant des Etats-Unis, jusque-là
réduits au rôle de «leader mondial» ou même de «superpuissance», mais
jamais d’empire.
Son usage remonte au lendemain du 11 septembre et corrobore,
paradoxalement, une «intervention désastreuse en Irak», à un moment de
déclin de l’hégémonie des Etats-Unis.
Après une décennie de travail à la tête du projet «Empires in
Transition», un groupe de travail mondial de 140 historiens, provenant
d’universités issues de quatre continents, Mc Coy se propose de
«corriger cet oubli en comparant l'Amérique à d'autres empires
mondiaux», même si elle est affublée de ce statut en phase finale — le
National Intelligence Council, le corps analytique suprême de
Washington, projetant la fin de l'hégémonie américaine pour 2030, sans
toutefois avoir «vraiment la moindre idée de ce qui lui succédera».
Cette échéance peut paraître trop proche pour être crédible, mais McCoy
persiste et signe : «Même le plus puissant des empires est étonnamment
fragile, vulnérable à l'effondrement soudain de causes imprévues. Qui
pouvait prévoir que l'empire britannique qui couvrait la moitié du globe
depuis plus de 200 ans allait disparaître en moins de 20 ans ? Que
l'imperium français gouvernant plus de 10% de l'humanité se dissoudrait
en une décennie ? Ou le bloc soviétique, féroce, s'effondrerait en
seulement deux ans ?»
«Au risque de rejoindre cette longue lignée d'historiens qui se sont
ridiculisés en utilisant le passé pour prédire l'avenir», McCoy ose ce
qu’il appelle «un saut dans l'ignominie» en misant sur la Chine qui
développe en ce moment un colossal programme d'infrastructures pour
«intégrer l'Eurasie», un financement conséquent pour «dominer
l'Afrique», et «une armée renaissante, technophile pour briser
l'encerclement de Washington de son continent et repousser la marine
américaine hors du Pacifique vers Guam ou Hawaii».
McCoy a raison de le relever. Souvent critiqué comme excessif,
l'investissement dans l'infrastructure de la Chine explique pour
l’essentiel l’écart de développement entre la Chine et d'autres
économies émergentes comme le Brésil, l'Argentine et l'Inde. En effet,
alors que la Chine a investi près de 9% de son PIB à l'infrastructure
dans les années 1990 et des années 2000, la plupart des économies
émergentes ne lui ont consacré que 2% à 5% de leur PIB. L'investissement
dans l'infrastructure a permis à l'économie chinoise de croître
rapidement, en faisant voler en éclats les goulots d'étranglement qui
habituellement constituent un frein au développement : réseaux de
transport, réseaux électriques, éducation, etc.
En Afrique, la pénétration chinoise, fortement accentuée dans les années
2000, vise notamment à s'assurer l'accès aux ressources pétrolières ou
minières. Elle est assise sur un flux d'investissements directs chinois
qui ont augmenté de 390 millions de dollars en 2005 à 3,3 milliards de
dollars en 2014, tandis que le stock d'investissement est passé de 1,6
milliard de dollars à 32,35 milliards de dollars sur la même période,
pour culminer à 50 milliards de dollars l’année prochaine. Ces chiffres
officiels ne comptent pas la présence de petites et moyennes
entreprises.
Décidée en 2002, la constitution d'une zone de libre échange avec
l’ASEAN est effective depuis janvier 2010 avec la plupart des pays ;
elle a été élargie en 2015 aux pays les moins avancés de l'association :
Viêtnam, Cambodge, Laos, Birmanie.
La conjonction de ces facteurs fera en sorte que «les courants
commerciaux et le pouvoir géopolitique afflueront tous, comme par une
loi naturelle, loin de Washington, vers Pékin».
Les signes avant-coureurs de cette mutation sont déjà là : «Non
seulement l'économie de la Chine dépassera probablement celle de
l'Amérique en 2030, mais elle possède déjà près de la moitié des
nouveaux brevets mondiaux, la plus formidable gamme de supercalculateurs
de la planète et la jeune génération la mieux éduquée qui propulse son
armée, son industrie et sa technologie.» Le leadership chinois sur le
monde d'ici 2030 résultera de la conjonction de tous ces atouts,
méticuleusement réunis dans un processus continu et cumulatif de
construction de la puissance et de l’hégémonie.
A défaut, «si Pékin faiblit, grâce à une baisse de la croissance
économique ou à une montée du mécontentement populaire, il y a encore
une douzaine de puissances montantes qui travaillent à construire un
monde multipolaire qui échappe à tout hégémonie mondiale».
D’ici la fin de l’empire beaucoup d’eau aura cependant coulé sous les
ponts de New York. Il reste notamment à suivre de près l’évolution de ce
qui est couramment appelé «l’Etat profond» de la bureaucratie, un
concept «mijoté épicé de paranoïa», commente McCoy, qui trouve plus
utile d'analyser «le fonctionnement des services de sécurité, composante
(primordiale – ndlr) de la bureaucratie gouvernementale, de manière
spécifique à des moments particuliers».
A défaut de faire valoir des arguments économiques, Washington usera
désormais de sa seule suprématie en matière de renseignement : «On peut
soutenir que la surveillance mondiale de la NSA de certains dirigeants
étrangers et de leurs millions de citoyens est un instrument rentable
pour l'exercice du pouvoir mondial, bien que les révélations d'Edward
Snowden sur l'espionnage de la NSA en aient augmenté le coût politique.»
A. B.

(*) Nick Turse, The Future of the American Empire, The Nation, vendredi
24 novembre 2017.
https://www.thenation.com/ article/alfred-mccoy-the- future-of-the-american-empire/

Categorie(s): chronique du jour

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..