ABDELMOUMEN OULD KADDOUR REMPLACE AMINE MAZOUZI: Changement surprise à la tête de Sonatrach

Lesoir; le Mardi 21 Mars 2017
2

A peine sortie de sa torpeur, Sonatrach se voit
changer de P-dg. Pour la sixième fois depuis l’éclatement des scandales
de corruption il y a sept ans. Un énième changement qui casse son élan
et suscite des interrogations quant à la logique qui a prévalu au choix
du successeur de Mazouzi : un condamné pour divulgation de secrets de
défense.
Lyas Hallas - Alger (Le Soir) - L’ancien P-dg de BRC, Abdelmoumen
Ould Kaddour, a été installé hier comme nouveau P-dg de Sonatrach en
remplacement de Amine Mazouzi, a annoncé le ministère de l’Energie dans
un communiqué. C’est le sixième changement à la tête de la compagnie
nationale en sept ans, soit depuis le limogeage de Mohamed Meziane à
cause de son inculpation dans le cadre de l’affaire Sonatrach I.
En effet, aucun P-dg n’a pu tenir longtemps à la tête de la compagnie
depuis cet épisode : Abdelhafid Feghouli (par intérim de janvier à mai
2010), Noureddine Cherouati (mai 2010-novembre 2011), Abdelhamid
Zerguine (novembre 2011-juillet 2014), Saïd Sahnoun (juillet 2014-mai
2015) puis Amine Mazouzi (mai-2015-mars 2017). Une instabilité qui ne
risque pas de servir les intérêts de Sonatrach qui a commencé à peine de
sortir de la torpeur dans laquelle elle a été plongée depuis
l’éclatement des scandales de corruption qui ont terni son image et
tétanisé son management. Une situation qui n’a pas été sans alourdir le
processus de prise de décision et perturber les affaires de la
compagnie.
Ainsi, le communiqué du ministère de l’Energie n’explique pas les
raisons de cette décision surprise et la langue de bois de circonstance
utilisée pour indiquer la mission du nouveau P-dg et contredit les
avancées réalisées sur le terrain puisque Amine Mazouzi était en avance
sur les objectifs tracés pour la compagnie qui commence à sortir la tête
de l’eau.
«Le ministre a, à cette occasion, appelé le nouveau P-dg de Sonatrach à
agir en toute responsabilité et en toute confiance en vue de mettre en
œuvre les changements qualitatifs permettant à Sonatrach d’évoluer et de
prospérer dans un climat d’entreprise serein, propice à la prise
d’initiative et de décision», souligne-t-on. Mais, si le limogeage de
Mazouzi à l’issue de la réunion d’hier du Conseil d’administration n’a
pas de raisons apparentes, c’est la nomination de Abdelmoumen Ould
Kaddour pour lui succéder qui suscite le plus d’interrogations.
Si l’absence de responsables du ministère de l’Energie le week-end
dernier à Bir Rebaâ où le partenaire historique de Sonatrach ENI a tenu
une réunion de son Conseil d’administration en marge de la pose de la
première pierre d’une centrale photovoltaïque – la première d’une série
de centrales inscrites dans un immense projet associant les deux
compagnies dans le domaine des énergies renouvelables –, n’a pas échappé
aux commentaires, personne n’y a prédit un tel sort pour Mazouzi.
Encore moins l’arrivée à la tête de Sonatrach de l’ancien P-dg de Brown
& Root Condor (BRC), joint-venture associant la compagnie nationale à
KBR, filiale britannique du géant américain Haliburton.
Polytechnicien diplômé du Massachussetts Institute of technologie, Ould
Kaddour qui a été condamné en novembre 2007 par le tribunal militaire de
Blida à 30 mois de réclusion criminelle pour divulgation d’informations
classées «secret de défense» et emprisonné avant de bénéficier de la
liberté conditionnelle en mars 2009. Et après avoir purgé sa peine, Ould
Kaddour, qui aurait eu plutôt des relations en dents de scie avec
l’ancien ministre de l’Energie et des Mines Chakib Khelil, lequel a été
éjecté du gouvernement en 2010 à cause justement des scandales de
corruption à Sonatrach, a travaillé pour des compagnies pétrolières au
Golfe persique et en Malaisie. Il revient en Algérie comme P-dg de
Sonatrach et jouit désormais du soutien du Président Abdelaziz
Bouteflika. «Le ministre de l’Energie a, également, témoigné de son
soutien, le soutien des plus hautes autorités du pays et à leur tête Son
Excellence le président de la République, monsieur Abdelaziz Bouteflika,
qui souhaite que Sonatrach renoue avec la sérénité, la cohésion et
l’exemplarité», note-t-on dans le communiqué du ministère de l’Energie.
Un soutien jamais exprimé auparavant à un P-dg d’une entreprise publique
après sa nomination. De quoi susciter moult interrogations.
L. H.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): L. H.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..