AGRICULTURE À ANNABA : Des questions sans réponses

Lesoir; le Mardi 9 Janvier 2018
2

La question que tout agriculteur s’est
posée à l’issue de la visite de travail et d’inspection du ministre de
l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche Abdekader Bouazgui
est : «Que peut bien apporter cette visite à la wilaya ?» D’autant que
la rencontre régionale a été présidée par le wali Mohamed Salamani aux
côtés du ministre.
Y ont participé les représentants du secteur de l’agriculture avec
toutes ses filières de Annaba, Skikda, El-Tarf et Guelma. Elle s’est
achevée sans qu’aucun des participants ait pu soulever un quelconque
problème. A l’écoute des exclamations de déception des uns et des autres
de la salle APW où s’est déroulée la rencontre, les appréhensions
étaient nombreuses. Elles ont été exprimées par des agriculteurs et des
gestionnaires des filières interprofessionnelles. Comme Messaoud Chebah
qui s’est spécialisé dans l’agriculture sous serre multichapelle de la
tomate industrielle. Les autres étapes ont amené la délégation à la
laiterie Edough où le ministre s’est enquis des capacités de production
de la nouvelle unité de production de lait sous emballage cartonné Tetra
Pak qu’il a inaugurée. Il s’est ensuite rendu à l’abattoir Alvial.
Réhabilité à coups de millions de dollars, ce moyen de production équipé
de haute technologie et créateur de plusieurs dizaines d’emplois est à
l’abandon depuis plus d’une vingtaine d’années. Comme ses prédécesseurs,
Abdelkader Bouazgui s’est interrogé sur le pourquoi de cette situation.
Il a reçu les mêmes questions, à savoir que l’abattoir sera mis en
service dans les mois qui suivent. Le complexe avicole Ben Merabet dans
la commune de Tréat a été une autre étape de la visite ministérielle. Il
s’agit d’une unité qui a modernisé ses installations pour augmenter sa
production. C’est à l’unité liège de la Conservation des forêts que le
ministre de l’Agriculture devait se rendre par la suite. Selon des
indiscrétions, ce produit très demandé à l’exportation mériterait une
plus grande attention des autorités concernées pour éviter le pillage et
la dégradation. La conserverie Souamaâ et ses capacités de trituration
de la tomate industrielle, des figues et tout autre fruit destiné à la
transformation agroalimentaire ont retenu l’attention du ministre. Bien
avant de se rendre à l’unité de production de construction et réparation
navale ECRN, le ministre s’attardera au complexe des agrumes Benouhiba
et des silos CCLS à El-Hadjar. A ce niveau, il devait multiplier ses
appels à une plus grande production et à une meilleure gestion de la
production pour, devait-il préciser, «se lancer dans l’exportation ». Il
reste néanmoins que Abdelkader Bouazgui a étonné plus d’un lors de la
première visite de travail et d’inspection qu’il a entamée à la
pépinière-serres multichapelle de tomate industrielle d’El-Bouni. Au
contact des agriculteurs exposants, il a révélé que, malgré ses 20 000
hectares et la bonne pluviométrie qui la caractérise, Annaba est classée
à la 41e place en termes de production agricole avec tout juste 25
milliards de dinars de recettes en 2016. Ce que les agriculteurs
auraient tenté d’expliquer si l’occasion leur avait été donnée de le
faire lors de la rencontre régionale. Ce qui n’a pas été,
malheureusement, le cas.
A. Bouacha

Categorie(s): régions

Auteur(s): A. Bouacha

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..