CÉLÉBRATION DU 35 ANNIVERSAIRE DU DÉCLENCHEMENT DE LA GUERRE DE LIBÉRATION A TIZI-OUZOU: Hommage aux hommes de Novembre condamnés à mort en août 1955 à Tizi-Ghennif

Lesoir; le Samedi 3 Novembre 2007
2

L’œuvre des hommes ayant participé au déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er Novembre 1954 à travers les patelins de la Wilaya III historique paraît loin d’être appréciée à sa vraie valeur ou d’avoir révélé tous ses secrets.En effet, à Tizi-Gheniff, on a encore en mémoire des actions initiées ce jour-là par un groupe d’hommes prévenants ayant bravé les autorités coloniales en détruisant leurs propriétés. Ainsi, avant le jour J, les volontaires, la quarantaine environ, se sont réunis au lieudit Tizi-Baâfir sis au douar de M’kira, le 31 octobre 1954 pour les tout derniers préparatifs. Ils se sont scindés en groupes, se sont réparti les tâches et ont cerné les biens coloniaux à cibler. A l’heure indiquée, un groupe s’est chargé de saboter les lignes électriques et téléphoniques afin de rompre toute liaison avec Draâ-El- Mizan, un autre a incendié un hangar de tabac appartenant à un colon répondant à C. Marius. Quant au reste, selon les récits que nous avons recueillis, faisaient le guet à plusieurs points du village. Le lendemain, les autorités militaires stationnées dans la région ont aussitôt procédé à plusieurs arrestations. Quinze d’entre elles ont été arrêtées avant d’être condamnées à mort en 1955 d’après une note d’accusation datée du 25 août 1955 émanant du tribunal permanent des forces armées d’Alger. Certains de ces “novembristes” ont été tués avant même d’être jugés à l’exemple de Slimane Nacef qui a été torturé pendant trois jours à savoir les 5, 6 et 7 novembre avant son exécution le 08 novembre 1954, raconte son fils Ahmed. “Il serait le premier martyr de la Révolution à l’échelle nationale. Pour confirmer cela, j’attends l’issue de l’enquête qui vient d’être menée par les services concernés jusque-là à travers 34 wilayas”, ajoute- t-il. Dans le but d’honorer la mémoire de ces hommes, les enfants de chouhada de la FFC ont collecté leurs photos et quelques brèves d’informations les concernant et les ont exposées les mercredi et jeudi derniers au niveau du musée stèle Ali-Mellah. Par ailleurs, un appel est lancé à l’ensemble des citoyens les exhortant à collaborer par des archives, des articles de presse, des photos, des témoignages ou autres se rapportant à la Révolution pour la sauvegarde du riche patrimoine historique que recèle la région. Signalons enfin que sous une pluie battante, des gerbes de fleurs ont été déposées au pied des monuments érigés à Adila, M’kira et Tizi-Gheniff.A. S. Wahmed

Categorie(s): régions centre

Auteur(s): A. S. Wahmed

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..