CIRCULATION ROUTIÈRE: Cherchell, une ville qui étouffe

Lesoir; le Dimanche 16 Juillet 2017
2

La portion de route d’un linéaire de cinq kilomètres
allant d’El Hamidia jusqu’au centre-ville de Cherchell constitue un
véritable casse-tête pour les automobilistes.
 De nombreux automobilistes se livrent à des attitudes inciviles, en
dépassant en double voire en triple file sur le bas-côté des voies non
goudronnées, causant un encombrement polluant, notamment les champions
de l’irrespect que sont les cow-boys des bus bondés qui foncent à des
allures vertigineuses avoisinant les 100 km/h, au grand dam des
automobilistes qui sont victimes des trainées poussiéreuses asphyxiantes
de ces chauffards, en restant là, bloqués en train de constater cet
irrespect et ces incivilités .
L’ouverture récente d’une partie du premier tronçon du contournement de
la ville de Cherchell, d’un linéaire de près de 13 kilomètres allant du
sens giratoire sis au croisement d’El Hamidia jusqu’à l’entrée sud de
l’agglomération de Sidi-Yahia, est un véritable trompe-l’œil, car les
automobiliste sont toujours bloqués dans ces dédales du contournement.
L’important retard pris par ce projet est argumenté par plusieurs
raisons, avancées par la Direction des travaux publics de Tipasa ; on
avance ici, l’inadéquation des assiettes pour l’installation de bases
vies, puis le probléme du relief boisé de ce contournement et enfin, la
réalisation retardée du viaduc de 746 mètres, un élément vital de ce
contournement qui n’a pas été concrétisé à temps, malgré qu’il a été
prévu de démarrer lors de cette saison estivale ; malgré que les
techniciens algériens furent à cheval sur les normes de résistivité et
de la stabilité de ce viaduc requises par les impératifs normatifs de la
construction ; attribué au prix fort dans le cadre du gré à gré aux
Chinois, ce projet n’a pas pu être réalisé en 24 mois, comme cela a été
promis. Mais, enfin, qui se doit d’apprécier et de sanctionner les
aberrations des chefs de projets et des maîtres de l’ouvrage qui n’y ont
vu que du feu dans les études des ouvrages proposés ? S’agit-il de
l’incompétence ou de l’irresponsabilité face à ces dégâts que l’Algérie
paie à coup de centaines de milliards ? La conséquence de cette
situation ubuesque est inimaginable selon l’avis des riverains, qui
s’insurgent sur le parcours emprunté par la procession des véhicules
pour se retrouver finalement bloqués au cœur de la ville et créer un
encombrement monstre, qui paralyse Cherchell, malgré les milliards de
dinars dépensés pour ce contournement qui n’en a pas l’air.
Houari Larbi

Categorie(s): régions

Auteur(s): Houari Larbi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..