CONFECTION DES LISTES ÉLECTORALES: Les partis en proie à des grognes

Lesoir; le Mardi 12 Septembre 2017
2

C’est une litanie, à chaque échéance électorale, les
partis sont ébranlés par des frondes nées d’ambitions freinées, voire
annihilées, qui débouchent le plus souvent sur des «scissions»,
alimentant, de ce fait, le marché des listes indépendantes et le fléau
du nomadisme politique.

Mohamed Kebci - Alger (Le Soir) - Des frondes que ces partis
enregistrent proportionnellement à la dimension et au poids de chacun
d’eux. Et de ce fait, le FLN vole la vedette en la matière avec, chaque
jour, des dénonciations à la pelle de cas de favoritismes, de mises à
l’écart qu’accompagnent les opérations de confections électorales en vue
des élections locales du 23 novembre prochain.
Des situations qui dérapent en certains endroits en scènes de pugilat,
de bagarres rangées et d’échanges d’amabilités en public. Ce qui ne fait
que profiter au frère-ennemi, le RND, qui ne demande pas autant,
revigoré qu’il est par son score aux dernières élections législatives et
surtout le retour triomphal de son secrétaire général au gouvernail de
l’exécutif. Un RND au sein duquel, et contrairement au scrutin du 4 mai
dernier, on ne trouve nulle trace du mouvement de redressement dont les
porteurs semblent avoir plié l’échine sous le forcing de Ahmed Ouyahia.

Et ces dissensions ne sont pas sans alimenter ce que d’aucuns qualifient
de «marché» des listes indépendantes, où pilotent celles de cette flopée
de petits partis sans ancrage populaire, portées le plus souvent par des
déçus mais surtout par des «militants» n’ayant pu «se caser» dans leurs
partis, qui, une fois le scrutin passé, ne se gênent pas, pour beaucoup
d’entre eux, pour rejoindre leurs maisons-mères.
Un fléau auquel n’échappent pas les partis périphériques du pouvoir et
ceux de l’opposition, toutes tendances confondues. Avec, dans ce
chapitre, la palme aux partis de la mouvance démocratique puisque leurs
fiefs sont inondés de listes indépendantes portées quasi majoritairement
par d’anciens cadres et militants, qui du RCD, qui du FFS et du MPA,
comme c’est le cas en Kabylie et dans les wilayas du centre du pays.
Les partis islamistes ne sont pas en reste de cette mode, avec, il est
vrai, moins de bruits que suscitent ces dissensions au sein d’autres
partis, au nom d’une discipline de fer propre à la mouvance verte. Sauf
que ces dissensions ne tardent pas à chaque fois à se répercuter sur les
résultats de ces partis qui ne cessent de perdre de leur aura
électorale.
M. K.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. K.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..