Contribution: Faf, les intentions, se traduisent-elles dans les faits ?

Lesoir; le Jeudi 14 Septembre 2017
2

Par Abderrahmane Zerouati
«Qui croit devoir fermer les yeux sur quelque chose se voit
bientôt forcé de les fermer sur tout»
(J.J .Rousseau)
Cette équipe était comme morte sauf, qu’elle respirait. Parce que
habituée souvent à être nourrie sans effort. Pour certains, l’Algérie se
résume à quelques clichés. C’est le pays des contrastes et du football.
On ne peut pas marcher dans les rues des grandes et petites villes sans
tomber sur des gens qui ne vous parlent pas de football. On ne peut pas
faire un pas sans trébucher par une trace qui rappelle cette discipline.
Et pour s’extraire un peu de l’agitation et du climat ambiant, il faut
se tenir loin et s’enfermer. Sinon, on n’y échappe pas. C’est ainsi dans
ce pays. A part le football, on a peu d’occasions de se mettre en
branle. On a donc été malheureux encore une fois. Cette déroute est une
leçon, elle doit nécessairement servir à quelque chose. Entre autres, le
souhait de voir se former une autre équipe. A la fédération, on semble
moins porté à vouloir se battre. On ne parvient plus à empêcher le mal
de s’épanouir. C’est cela qui fait d’elle, une instance où la notion de
développement ne trouve pas sa pleine expression. La démarche qui
consistait à prendre toujours les mêmes et de recommencer a montré ses
limites et qu’il y a moyen d’opérer autrement. L’heure des bons choix
semble avoir sonné. Et, c’est aussi le moment de montrer et de
convaincre que l’on se prépare à entreprendre des choses sérieuses. Les
joueurs ont compris et semblent s’associer à la volonté de Zetchi de les
pousser à un long repos .Cette intention peut se traduire en acte et
passer comme une lettre à la poste tant elle peut ne pas être perçue
comme un acte antisportif ou un coup de couteau qui leur est porté dans
le dos. Zetchi a tenté des choses mais sans succès. Les quelques mois
qu’il vient de passer à la tête de cette Fédération rappelle un mode de
pensée dont on a déjà gouté les effets, peu reluisants de surcroît qu’il
a tenté vainement de restaurer et de reproduire. Un mode qui a envoyé
une mauvaise image et qui a laissé entrevoir des lendemains incertains.
Zetchi doit assumer et faire vite en passant à l’acte. Car ses propos,
qui sont d’une grande portée, peuvent aider au renouveau et à la venue
d’une nouvelle ère. Cette obsession tant souhaitée à vouloir se
démarquer de ceux qui ont terni notre football doit nécessairement se
traduire en acte pour atteindre son but. C’est aussi sur cette voie que
l’on peut espérer s’en sortir. Commencer par reformer et vite. Tout
revoir, le temps, nous en avons déjà perdu. Mais on peut faire mieux si
on sait où placer la compétence et si on sait qui travaille vraiment.
Rien, décidément n’illustre la satisfaction des supporters algériens.
Son prédécesseur n’a pas pu élever cette équipe vers le meilleur. Il
avançait sans savoir la destination, dans l’univers sportif en
accélération, qui le dépassait et n’ayant jamais été dérangé pour cela.
En maintenant, en gardant la même cadence, le même encadrement, les
mêmes joueurs, les mêmes conditions, Zetchi aura encouragé la négligence
et le non-sérieux. Les joueurs, de plus en plus discrédités, qui ont
reconnu leur faiblesse, affirment qu’ils sont prêts à quitter et à lui
faciliter la tâche. Une alternative et une voie pour lancer le grand
chantier. Comme dirait l’autre, pour faire de grandes choses, il faut de
grands moyens. Ces derniers existent bel et bien. Ses tentatives pour
l’instant ont démontré qu’il a partiellement échoué. On peut toutefois
affirmer que l’espoir reste permis. Cette crise, ce laisser-aller, cette
improvisation ne doivent pas être perçus comme annonciateurs de déclin.
Ils peuvent au contraire conduire à une meilleure prise de conscience.
La grande leçon des Zambiens, considérés au départ moins aptes à tenir
tête aux Algériens, Camerounais et autres Nigérians est qu’une
qualification est possible et que cela se prépare avec la tête et les
jambes et qu’on peut le faire sans ambages. Si on ne fait rien avant, il
ne faut pas exprimer son mécontentement après.

Categorie(s): sports

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..