CRISE DE L’EAU POTABLE À ANNABA: Le ministère prend en charge le dossier

Lesoir; le Jeudi 14 Septembre 2017
2

La visite de travail et d’inspection effectuée hier
par le ministre des Ressources en eau Hocine Necib à Annaba et qui est
appelée à se poursuivre aujourd’hui jeudi dans la wilaya d’El Tarf était
très attendue. Il y avait de quoi quand on sait que les populations du
chef-lieu de wilaya de Annaba et plusieurs autres communes importantes
au plan socioéconomique étaient confrontées à une crise chronique de la
distribution de l’eau potable depuis plus d’un mois. Il faut dire que
dans sa mallette, le ministre avait ramené des décisions pour calmer les
mouvements de protestation qui se multipliaient quotidiennement.
La situation était aggravée par plusieurs facteurs. A l’assemblée d’une
pluviométrie, conséquente à même de régénérer les réserves dans les
barrages qui alimentent, via les conduites d’adduction, les stations de
traitement de Mexa et de Chaïba, se sont ajoutées l’incompétence et la
mauvaise gestion des actuels gestionnaires de la Direction de
l’Algérienne de distribution de l’eau (ADE) Annaba.
Aggravée également par la baisse du niveau de la réserve d’eau
d’irrigation qui a atteint le seuil d’alerte avec 21 millions de m3.
C’est justement à ce niveau que seront pompées quelque 2 millions de m3
dans la perspective des pluies hivernales. Pour la gestion de cette
crise, il a été mis en place une cellule. Présidée par le wali de Annaba
Mohamed Salamani, cette structure est chargée du suivi de toutes les
actions entreprises à l’effet de satisfaire les besoins des populations
de la wilaya en eau potable.
Pour éviter les abus auxquels pourraient s’adonner les agriculteurs
implantés aux abords de l’oued, le wali d’El Tarf a émis un arrêté
portant interdiction de tout pompage d’eau. Toutes ces dispositions ont
été mises à exécution hier après le traitement de celle-ci tout le long
de la journée.
Dès aujourd’hui donc, le retour à la normale devrait être entamé avec
une distribution de l’eau potable. Ce qui n’enlève en rien aux
appréhensions des populations. D’autant que des engagements du genre
avaient été exprimés et réitérés par les responsables de l’ADE locale.
C’est ce qui avait poussé le précédent wali à déclarer sur les ondes de
la radio et des chaînes de télévision, «2017 sera l’année de l’eau à
Annaba». Il s’avère que jamais la wilaya de Annaba n’a eu à vivre
pareille privation d’eau depuis l’indépendance à nos jours. Mais là, ne
se situe pas la problématique du précieux liquide dans la 4e ville du
pays. Même s’il est dit que le complexe sidérurgique El Hadjar profitera
de cet apport d’eau pour faire fonctionner ses turbines et son haut
fourneau tout autant que Fertial, Orelait et bien d’autres entreprises
de production publiques et privées, l’avenir socioéconomique de la
wilaya reste du domaine de l’hypothétique.
Pour l’heure, on en est toujours aux projets. Ce qui justifie
certainement la tournée d’inspection du ministre Hocine Necib à Annaba
aujourd’hui et à El Tarf demain. De la station de pompage les Salines au
schéma directeur de l’AEP jusqu’au point de situation sur le service
public de l’eau, les cadres centraux de son ministère ont travaillé dur
ces derniers jours à Annaba. Ce qui leur a permis de mieux appréhender
la problématique du fonçage des forages Oued Nil et Kherraza.
Hocine Necib s’est intéressé à la réparation de la conduite de
refoulement des eaux usées vers la station de traitement des eaux
polluées (STEP), à l’arrêt depuis deux années. Le complexe sidérurgique
El Hadjar figurait également en tête de liste des préoccupations du
ministre au regard de l’exploitation d’importantes quantités d’eau.
Le ministre prendra connaissance de la problématique du transfert des
eaux épurées vers le complexe. Comme il s’intéressera au chantier de
réalisation du fonçage à Oued Nil et Kherraza. Avant de quitter la
wilaya de Annaba, ce jeudi matin, le ministre s’est rendu sur le site
«les Santons» où il s’est enquis du projet d’achèvement des travaux du
système d’AEP desservant le centre-ville d’Annaba.
A El Tarf où il devait se rendre ensuite, le ministre inspectera les
travaux de dédoublement du tronçon Mexa-Lehnichet, un tronçon de 22 km
pour mettre fin à la déperdition de 60% de l’eau destinée à Annaba.
Au programme également, l’inspection de la station de pompage de Zerizer
en voie d’achèvement. Mais, rien n’a été, jusqu’ici, dit en ce qui
concerne la station de dessalement de l’eau de mer. Ce projet
financièrement nanti pour une capacité de production d’eau de 100 000
m3/jour avait, pourtant, eu toutes les faveurs des pouvoirs publics.
A. Bouacha

Categorie(s): actualités

Auteur(s): A. Bouacha

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..