DISPOSITIF DE LUTTE CONTRE LES INCENDIES ET FEUX DE FORÊT: Les riverains, le maillon fort de la chaîne

Lesoir; le Samedi 20 Mai 2017
2

Pour le directeur général des forêts, l’intégration
des riverains dans le dispositif de lutte contre les incendies et feux
de forêt constitue le maillon fort de la chaîne des intervenants. Il
insiste également sur la mise en place des infrastructures à l’intérieur
des forêts pour permettre la circulation et l’accélération des engins de
la Protection civile.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - «La protection des forêts est la
responsabilité de tous», affirme Abdelmalek Abdelfettah, DG des forêts,
tout en insistant sur l’implication des riverains des forêts. «La
maîtrise d’un incendie dépend de l’intervention dès les premiers départs
de feu d’où la nécessité d’associer les riverains dans la
sensibilisation en matière de protection et de lutte contre les
incendies, et de les faire participer sur le terrain»,a-t-il expliqué
jeudi dernier, en marge de la réunion de la commission nationale de
protection des forêts, tenue au ministère de l’Agriculture à Alger.
Pour ce faire, il estime que la mise en place d’un dispositif
d’intéressement dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie
des riverains par la mise en valeur des périmètres d’autorisation
d’usage, s’impose. Une démarche qui se traduit selon lui, par la
création d’emplois ou de micro-entreprises et par là même de richesses.
Le directeur général des forêts souligne également la nécessité des
infrastructures à l’intérieur des forêts permettant la circulation des
engins et facilitant l’intervention de la Protection civile dans des
délais rapides.
Quant au dispositif de lutte contre les incendies et feux de forêt
consacré pour cette année, il assure qu’il sera renforcé par 4 000
agents forestiers saisonniers ainsi que par l’aménagement et l’ouverture
de pistes.
Côté statistiques, il rappelle que 18 000 ha ont été ravagés par le feu
en 2016 contre 16 000 ha en 2015. «Nous enregistrons une régression sur
les dégâts puisque depuis les 10 dernières années, la moyenne nationale
annuelle est de 30 000 ha».
Abdelmalek Abdelfettah évoque, par ailleurs, la cartographie des risques
d’incendies de forêt, un projet qui, précise-t-il, est en préparation
avec un organisme international dans le but d’évaluer les risques grâce
à la télédétection. Il cite aussi la carte de sensibilité aux incendies
de forêt élaborée par l’Asal (Agence spatiale algérienne).
De son côté, le lieutenant-colonel Saïd Lahiani, sous-directeur des
opérations à la Direction générale de la Protection civile, évoque le
dispositif de la Protection civile projeté et étudié pour l’année 2017,
soit 22 colonnes-mobiles regroupant plus de 12 450 agents et plus de 238
engins-incendies (engins ravitailleurs et engins de lutte) ainsi que 495
unités spécialisées. «La Protection civile a acquis 272 engins qui
viennent enrichir son parc pour la campagne de prévention et de lutte
contre les feux de forêt de 2017», dit-il. Un acquis qu’il qualifie
d’ailleurs, d’«une force de frappe importante pour préserver notre
patrimoine forestier».
Ry. N.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Ry. N.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..