«ÉMIR» DU MOUVEMENT DES ENFANTS DU SUD, IMPLIQUÉ DANS L’ATTAQUE DU COMPLEXE GAZIER DE TIGUENTOURINE : Abdeslam Tarmoun tué en Libye

Lesoir; le Samedi 13 Janvier 2018
2

Abdeslam Tarmoun a été tué, dans la nuit de lundi à mardi, la semaine
dernière, par un des groupes armés qui pullulent dans le sud-ouest de la
tourmentée Libye. C’est ce qu’ont affirmé plusieurs sites internet
spécialisés dans l’information sécuritaire et de défense. Une
information de taille lorsqu’on sait ce que représente Abdeslam Tarmoun
dans le contexte sécuritaire dans le Grand-Sud et au-delà de nos
frontières.
Abdeslam Tarmoun a donc été tué par des éléments armés non identifiés
dans la ville de Sebha, près de 700 km au sud de Tripoli. Une de ces
villes de Libye livrées à toutes les incertitudes avec la multiplication
de groupes armés rivaux. Abdeslam Tarmoun était le chef du Mouvement des
enfants du Sud pour la justice (un groupe identifié par les autorités du
pays comme étant une organisation terroriste ayant à son actif plusieurs
actes contre des sites économiques et des services de sécurité, armée et
gendarmerie. Mouvement qu’il avait créé au début des années 2000 avant
d’être traversé par des dissensions puis une réorganisation suite à
l’élimination de l’un de ses compagnons, Youcef Bencheneb, lors de
l’assaut mené par l’ANP et la gendarmerie pour la libération du complexe
gazier de Tiguentourine, en janvier 2013. Une attaque, rappelons-le,
menée par les Signataires par le sang, le groupe terroriste fondé par
Mokhtar Belmokhtar après sa mésentente avec d’autres dirigeants
d’Al-Qaïda au Maghreb. C’est quelques mois après cette attaque contre le
site de Tiguentourine que le groupe fondé par Tarmoun et Bencheneb, a
commencé à péricliter et perdre ses capacités de nuisance, d’autant que
de nombreux membres du groupe avaient déjà rendu les armes pour profiter
des dispositions de la Charte pour la réconciliation nationale à partir
de 2008. Ainsi, avec la mort de son leader, le Mouvement des enfants du
Sud pour la justice amorce ce qui pourrait sonner comme sa fin pure et
simple, d’autant que depuis trois ans maintenant, ses sorties se sont
fait très rares pour ne pas dire qu’il était devenu carrément invisible,
son chef ayant été à plusieurs reprises localisé soit au nord du Mali
soit sur le territoire libyen où, finalement, sa cavale a pris fin.
M. Azedine

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. Azedine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..