Formation professionnelle: Tamazight bientôt intégré dans le cursus

Lesoir; le Samedi 27 Janvier 2018
2

Le tamazight sera progressivement intégré dans le
cursus des stagiaires de la formation professionnelle. Plus de 290 000
nouvelles places pédagogiques seront disponibles pour la session de
février prochain. Les stagiaires ayant déjà étudié en langue amazighe
durant leur parcours scolaire seront les premiers à suivre un
enseignement professionnel intégrant progressivement ladite langue.
C’est le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels
qui en a fait l’annonce jeudi. En réunissant les directeurs de la
formation de l’ensemble des wilayas, Mohamed Mebarki a mis l’accent sur
les préparatifs de la prochaine rentrée professionnelle prévue en
février prochain. Pas moins de 290 000 nouvelles places pédagogiques
seront offertes aux stagiaires avec l’introduction de nouvelles
spécialités, notamment celle relative à l’installation de réseaux de
télécommunications et de conseillers téléphoniques destinés aux
personnes aux besoins spécifiques. Pour s’adapter aux besoins du marché,
la formation cible ce que le gouvernement considère comme prioritaire
tout en abandonnant les filières qui sont devenues au fil du temps sans
débouchés. Actuellement, les filières industrielles représentent un taux
de plus de 22% du nombre global des offres, suivies du secteur de
l'hôtellerie avec 10% puis des filières de l'agriculture et de
l'agro-alimentaire avec plus de 7% du nombre total des formations
proposées.
D’autres filières, au contraire, sont en recul comme celle des
techniques administratives et de gestion, dont le taux est passé de 20%
à 12% dans une optique d’adaptation des formations avec le monde du
travail. C’est dans cette logique qu’il a été programmé 370 spécialités
réparties sur 22 branches professionnelles et sanctionnées par un
diplôme d'Etat, et 80 autres spécialités dans la formation qualifiante
au profit des jeunes qui n'ont pas pu aller jusqu’au bout de leur cursus
scolaire obligatoire. La liste des filières et des spécialités sera,
quant à elle, achevée cette année. Elle a été élaborée sur la base de
celle de 2012 et les résultats des études réalisées par l'Agence
nationale de l'emploi sur l'intégration des diplômés du secteur. Le
ministre de la Formation professionnelle affirme que pas moins de 50%
des diplômés du secteur sont recrutés sans expérience professionnelle,
après des stages effectués dans les entreprises économiques. Un taux
appelé à augmenter puisque le projet de loi relatif à l'apprentissage
prochainement présenté devant le Parlement autorise les entreprises
économiques à recruter les diplômés ayant suivi des stages à leur
niveau, sans pour autant passer par les mécanismes d'emploi mis en
place, à savoir ceux de l’Anem.
Nawal Imès

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Nawal Imès

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..