GRÈVES DE LA FAIM CONTRE LA FRAUDE AUX LÉGISLATIVES: Le FNA persiste et le FNJS suit

Lesoir; le Lundi 15 Mai 2017
2

La grève de la faim est, désormais, le nouveau mode
d’emploi pour dénoncer la fraude aux élections législatives du 4 mai
dernier. Initié par le président du Front national algérien (FNA),
Moussa Touati, ce mouvement de protestation a été adopté dernièrement
par le président du Front national pour la justice et la solidarité (FNJS),
Khaled Bounedjma.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - Dix jours se sont déjà écoulés depuis
le début de la grève de la faim de Moussa Touati. Rejoint par plusieurs
partisans, notamment des candidats aux dernières législatives, il a
appelé les présidents des bureaux de wilaya de son parti à rallier le
mouvement de protestation. «Si les présidents de quelques bureaux de
wilaya du parti ont rejoint le mouvement de grève dès son entame, le
reste des présidents de bureaux de wilaya observeront la grève de la
faim dès aujourd’hui», assure le président du FNA.
Installé sur un matelas dans la grande salle de conférences du siège de
son parti, le visage pâle, affaibli et amaigri, Moussa Touati s’exprime
d’une voix presque inaudible.
Dénonçant le silence du pouvoir, il affirme que sa formation politique
n’a, jusqu’à aujourd’hui, pris contact avec aucune instance étrangère.
Seulement, poursuit-il, «à un moment donné, nous serons obligés de nous
ouvrir au monde et de communiquer avec notamment les organisations des
droits de l’Homme, les tribunaux internationaux et les organisations des
libertés d’expression». Selon lui, c’est une question de temps. «Nous
espérons que les personnes au pouvoir prendront conscience de cette
situation car nous sommes des nationalistes et nous ne voudrions pas
étaler notre linge sale aux étrangers», dit-il.
Le président du FNA se réjouit, toutefois, des instructions judiciaires
ouvertes suite aux saisines adressées aux procureurs généraux par la
Haute Instance indépendante de surveillance des élections. «Nous
attendons les résultats de l’enquête et maintiendrons notre position»,
précise-t-il avant d’ajouter : «Nous savons pertinemment que le taux de
participation n’a pas dépassé les 15%, que les résultats des élections
ont été truqués, que le Premier ministre a mené une campagne parallèle à
la campagne électorale pour son propre intérêt dans le but de se
préparer pour les prochaines élections présidentielles, et nous aspirons
à ce que la vérité soit connue par tous et que justice soit faite.»
Déterminé à aller jusqu’au bout, Touati compte, justement, saisir le
ministre de la Justice pour vérifier les empreintes apposées sur les
listes électorales. «Nous demanderons également à ce que le Conseil
constitutionnel n’annonce pas les résultats définitifs des législatives
tant que l’affaire est toujours en justice», dit-il encore.
En guise de protestation contre ce qu’il qualifie de «fraude électorale
massive commise par l’administration», Khaled Bounedjma a, lui aussi,
entamé une grève de la faim depuis mercredi dernier. Suite à la
détérioration de son état de santé, il a été évacué, samedi dernier, aux
urgences de l'hôpital de Zeralda, à l’ouest d'Alger.
Ry. N.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Ry. N.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..