Journées théâtrales maghrébines de Annaba : En souvenir de Azzedine Medjoubi

Lesoir; le Jeudi 13 Septembre 2018
2

Les Journées
théâtrales maghrébines de Annaba comportent un hommage à Azzedine
Medjoubi en commémoration du 24e anniversaire de la disparition du grand
dramaturge et comédien.
Cette manifestation a été ouverte jeudi au cours de la Révolution, dans
le centre-ville de Annaba. Un spectacle de la troupe Diwane Dar Mezoug a
ainsi ouvert la manifestation dédiée au grand homme de théâtre algérien
que fut Medjoubi dont «les œuvres constituent par leurs esthétique,
humanisme et engagement social courageux une école», a souligné le
directeur de wilaya de la culture, Driss Boudiba.
Des tableaux du monologue Khabbat kraou de Hakim Dekkar, réalisé en 1995
par Djamel Amouda et présenté en nouvelle version 2018 avec «de nouveaux
aperçus» sur la vie au quotidien, ont également ouvert la manifestation
suivis d’un hommage à la mémoire de Azzedine Medjoubi.
Cette soirée d’ouverture a également comporté des spectacles
humoristiques dont Essiat de Mourad Saouli.
D’une durée de 10 jours, les Journées théâtrales maghrébines de Annaba
ont a leur programme plusieurs pièces dont Erjaâ chouf du duo marocain
Nabil Latrach et Hamdi Youcef, Selfie de la troupe tunisienne Maraya, en
plus de celles des troupes d’Alger, Annaba, Batna, Constantine et
Skikda.
La manifestation est initiée par la direction de la culture de Annaba
avec le concours du Théâtre régional Azzedine- Medjoubi de la ville.
L’homme de théâtre, né le 30 octobre1945 à Azzaba (dans la région de
Skikda) et assassiné par la horde terroriste, à Alger, le 13 février
1995, à la sortie du Théâtre national algérien (TNA). Sa rencontre avec
le comédien de théâtre Ali Abdoun l'avait encouragé à faire du théâtre.

Dans les années 1960, il tente une expérience avec le TNA. On le
retrouve plus tard au Théâtre d'Oran. Il dirigera à Saïda deux troupes
d'amateurs dans le cadre d'un séminaire des animateurs de théâtre. De
retour au TNA, il joue dans Bab El-Foutouh, La bonne âme, Les bas-fonds,
Stop et le monologue Hafila Tassir qui reçoit un très bon accueil
populaire.
Il a créé, avec Ziani-Chérif Ayad, Sonia et M’hamed Benguettaf la troupe
indépendante El-Qalaâ (La Citadelle). Il a été distribué dans notamment
El-Ayta et Hassaristan. En 1993, Azzedine Medjoubi quitte la troupe El-Qalaâ
et met en scène Aâlem El-Baâouche qui obtient un prix au Festival
international de Carthage.
En 1994, il est nommé directeur du Théâtre national algérien. Il a été
assassiné par un groupe terroriste le 13 février 1995 devant la porte du
TNA. Le Théâtre régional de Annaba porte aujourd’hui le nom de Azzedine
Medjoubi.
Kader B.

Categorie(s): culture

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..