RETARD DANS LA RÉALISATION DES PROJETS DE LOGEMENTS : Temmar promet de sévir

Lesoir; le Samedi 13 Janvier 2018
2

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de
la Ville poursuit d’expliquer sa feuille de route. Dont notamment sa
décision de traiter en profondeur les retards accusés dans les chantiers
de réalisation de logements relevant des diverses formules.
M. Kebci - Alger (Le Soir) - Abdelwahid Temmar a promis à plus de 396
000 familles le bénéfice graduel d’un toit à l’horizon 2019 dans le
cadre de la formule logement public locatif. «Le secteur compte livrer
396 168 unités de LPL d'ici à 2019», a-t-il annoncé, en effet, jeudi,
lors d’une séance de questions orales à l'Assemblée populaire nationale
(APN). Une formule, a-t-il tenu à réitérer, «entièrement financée par le
Trésor public qui, depuis 1999, a consacré 43 milliards de dollars
permettant de loger 1 141 113 familles». Ceci en sus d’autres aides
directes, dont des abattements dans le foncier, des crédits à taux
bonifiés ainsi que d'autres formes et voies de financement. Et d’ajouter
que 20 milliards de dollars avaient été consacrés aux autres formules de
logement et 3 milliards à la prise en charge des travaux d'aménagement,
soit 66 milliards au total. Le ministre a expliqué la fermeture de cette
formule depuis 2015 par le souci des pouvoirs publics de «réduire la
pression et de mieux organiser l'opération». Revenant, une fois de plus,
sur les retards accusés dans les chantiers de réalisation de logements
relevant de diverses formules au niveau d’une vingtaine de wilayas,
Temmar a promis d’agir et de manière forte. Il a fait part, dans ce
sens, de réunions avec les entrepreneurs, les sociétés de réalisation et
les responsables locaux dont la toute première est prévue pour,
aujourd’hui samedi, avec les maîtres-d'œuvre. Il n’exclut pas, dans ce
sens, de recourir à la résiliation de contrats, à défaut des
traditionnelles mises en demeure ou de relance de projets, faisant part,
dans ce sens, de plusieurs mesures prises pour accélérer le rythme de
réalisation et livrer les logements dans les plus brefs délais. Pour sa
part, la ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables a
affirmé œuvrer via l'Agence nationale des déchets (AND) à accompagner
les communes en matière «d'expertise et de compétences, notamment en
matière de formation, d'encadrement, d'études d'expertise et de bonne
maîtrise de la gestion des déchets». Elle a également fait le plaidoyer
pour la valorisation des déchets ménagers en tant qu'«alternative à la
création de richesses». Et ce, dans le cadre de la vision économique
pour l'horizon 2035, en application des orientations du président de la
République, contenues dans le plan du gouvernement, basées
essentiellement sur l'économie circulaire génératrice de richesses et
d'emplois, et le développement des mécanismes d'utilisation des énergies
renouvelables. Une vision qui objecte la mise en place d'un programme
spécial dans ce domaine et à tous les niveaux pour l'introduction de
systèmes de tri des déchets recyclables au niveau des structures du
secteur, accompagné de programmes de sensibilisation et de formation
pour assurer leur réussite. S'agissant des déchets liquides industriels,
Fatima- Zohra Zerouati a soutenu que le secteur veille, en coordination
avec les secteurs concernés, à la garantie de leur «contrôle continu».

K. M.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): K. M.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..