SÉTIF: Peine capitale pour celui qui a décimé sa famille

Lesoir; le Samedi 17 Decembre 2011
2

Le tribunal criminel de Sétif a, dans son audience de mercredi, condamné l’accusé S. Samy, 20 ans, à la peine capitale pour parricide avec préméditation et assassinat.
Les faits, selon l’arrêt de renvoi de la chambre d’accusation près la cour de Sétif, remontent au lundi 14 décembre 2009 quand les services de police ont reçu, vers 18h, un appel des sapeurs-pompiers les informant de la découverte de trois cadavres dans une villa sise à la cité résidentielle du 1er- Novembre-1954 (cité Dallas). Sur les lieux, les policiers découvrent en premier lieu les cadavres de S. Leila (51 ans) et de sa fille S. Amel (31 ans) dans un débarras situé au 1er étage de la villa. Le troisième corps, celui du père de famille, S. Zaidi (61 ans), est découvert dans une des chambres. Tous les trois ont été sauvagement assassinés. Les premières constations de l’enquête font ressortir que deux autres membres de la famille, à savoir S. Walid (30 ans) et S. Abderrahim (27 ans) ont fait l’objet à leur tour d’agression à l’aide d’une barre de fer de la part de leur frère cadet S. Samy (20 ans) et ont été hospitalisés au niveau du CHU de Sétif. Le présumé criminel ne sera appréhendé que tard dans la même soirée en revenant d’une virée à Béjaïa à bord d’un taxi clandestin. Lors de son audition par les officiers de la police judiciaire, S. Samy déclare être l’auteur du triple assassinat. En effet, il a affirmé qu’il avait asséné par surprise à sa mère et à sa sœur des coups au niveau de la tête à l’aide d’une barre de fer, puis il s’est dirigé vers la chambre de son père pour lui faire subir le même sort. Après cela, il téléphone à son frère Abderrahim lui demandant de rentrer pour un truc urgent. Arrivé à la maison, Abderrahim sera agressé par son frère cadet à l’aide de la même arme qui avait servi au triple meurtre. Samy sera interrompu dans son œuvre par l’arrivée de l’autre frère, S. Walid, qui à son tour recevra de violents coups de barre mais réussira néanmoins à s’échapper. Samy sort à son tour pour demander de l’aide au voisinage et appeler les pompiers pour secourir son frère Abderrahim. Il accompagnera même les éléments de la Protection civile tout en leur affirmant qu’il avait entendu un grand grabuge provenant du débarras du 1er étage. En ouvrant la porte de ce réduit, les sapeurs-pompiers vont alors découvrir l’horreur. Laissant les pompiers s’affairer autour des deux cadavres, le meurtrier s’éclipse pour aller passer la soirée dans un hôtel de la région de Béjaïa. Pour ce qui est du mobile de ces assassinats, Samy évoque une vie conflictuelle avec ses parents et notamment avec son père. Le présumé coupable reviendra plus tard sur ses déclarations et affirmera par la suite être étranger à cette tuerie, mais avoue seulement l’agression perpétrée sur ces deux frères. Samy ira même jusqu’à avancer que c’est un certain Farid, une connaissance à lui, qui est l’auteur des meurtres. Lors de sa comparution devant le tribunal criminel, Samy réitère ses déclarations, à savoir qu’il n’est pas coupable du triple meurtre, mais seulement de l’agression contre ses frères. Malgré les nombreuses questions du juge, Samy restera imperturbable et niera en bloc les accusations de meurtre. Le représentant du ministère public a, dans un long réquisitoire, démontré l’implication directe de l’accusé dans ce triple meurtre et requis la peine la plus lourde, à savoir la peine capitale. Après une courte délibération, et convaincue de la responsabilité de l’accusé dans cette affaire, le tribunal criminel le condamne à la peine capitale. Mais une question demeure : est-ce que Samy a agi seul ou avait-il des complices ?
Imed Sellami

Categorie(s): société

Auteur(s): Imed Sellami

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..