SOIT DIT EN PASSANT: Au temps des hommages multiples !

Lesoir; le Mardi 12 Decembre 2017
2

Par Malika Boussouf
malikaboussouf@yahoo.fr
Qu’est-ce qu’une cérémonie d’adieu peut être belle ! Elle révèle
toute la reconnaissance que l’on dit, encore une fois, une dernière, à
celles et ceux dont on sait que le souvenir est indispensable si l’on
veut continuer à faire vivre et grandir l’histoire.
Les hommages rendus, en France, à l’académicien Jean d’Ormesson et à
Johnny Hallyday ont remis au goût du jour la négation faite à Assia
Djebar par les siens, trop occupés ailleurs, pour prendre le temps de
s’arrêter sur ses mérites et l’honorer. Et c’est la France qui lui
rendra ce qu’elle a apporté à la culture francophone : une bibliothèque
portera son nom. Pas ici. Là-bas. Et il s’en trouvera toujours qui
estimeront normal qu’elle ne le soit pas pour avoir davantage servi la
culture francophone. Ce fameux butin de guerre dont se réclamait Kateb
Yacine et dont nous avons épousé les propos-vérité.
Ceux qui estiment la culture non essentielle et la voudraient
clandestine pourront toujours se rire de ces pays qui portent aux nues
celles et ceux des leurs qui alimentent leur histoire en la rendant
impérissable par la communion et le partage. Ceux-là mêmes qui
construisent le mythe d’une nation.
Assia Djebar, Mohammed Arkoun, Mohammed Dib, Mouloud Mammeri, Kateb
Yacine, et j’en passe. Ils sont nombreux, vivants ou disparus, ceux qui
ont, encore, cet immense pouvoir de nous embarquer dans leur monde. Et
l’occasion est ponctuellement donnée de revenir sur la façon dont l’Etat
traîne des pieds quand lui faut reconnaître, à ces hommes et femmes dont
il devrait s’enorgueillir, leur valeur inestimable. Lorsque vous
regardez faire les autres, lorsque vous vous attardez sur la façon dont
ils s’affairent autour d’un homme de lettres, d’un chanteur, d’un
peintre, d’un musicien et regardez les honneurs qui leur sont rendus à
leur disparition, vous réalisez un peu plus combien les hauts
responsables de votre pays et vous-mêmes qui ne dites rien êtes loin de
ces gestes qui différencient un Etat d’un autre. Je parle là d’un pays
comme le mien où les préoccupations ne sont pas là où elles devraient
être et où l’on n’a pas de temps à perdre à célébrer les siens.
M. B. 

Categorie(s): chronique du jour

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..