TIPASA: Les incendies dévastent le panorama forestier

Lesoir; le Mardi 17 Avril 2018
2

Selon les statistiques des incendies et feux de forêt
communiquées par la protection civile au titre de l’année 2017, il a été
recensé 2 514 foyers d’incendies toutes natures confondues ayant
provoqué quatre décès et quarante blessés et induisant près de 2 758
interventions de la protection civile.
Par nature de sinistres, le bilan s’établit comme suit : considérant les
incendies de forêt et de culture, il a été recensé 179 foyers et 176
interventions. Il est noté, par ailleurs, qu’il y avait 142 foyers de
feux de forêt ayant causé des dégâts à 185 hectares de pins d’Alep, 12
foyers ayant causé des dégâts à 7 hectares de brousse et 3 foyers ayant
dévasté 6 hectares d’herbe sèche. Pour les feux ayant touché les
cultures et les céréales, il a été recensé 6 foyers d’incendies ayant
causé des dégâts à 19 hectares de blé dur, à 3 hectares de blé tendre et
à 5 quintaux de blé dur. Quant aux dégâts sur arbres fruitiers, il a été
signalé l’incendie de près de 900 arbres fruitiers, 3 ruches d’abeilles
et 1 serre en plastique. Les analyses lancées à ce titre par la
protection civile sont redoutables et s’établissent comme suit :
– Le déclenchement des incendies, en particulier dans la partie ouest de
la wilaya est dû au manque de points d'eau sur de longues distances lors
des feux de forêt non signalés en temps opportun, en dépit des grands
efforts et des moyens matériels et humains mobilisés par la Protection
civile de la wilaya de Tipasa et des effectifs mobiles pour lutter
contre les feux de forêt. Le rapport des pompiers note aussi que le
nombre des feux de forêt et des cultures agricoles a été estimé à 179
incendies en 2017 et sont en baisse par rapport à 2016, avec 254 feux.
Les autres causes d’incendies sont dues aussi au degré élevé des
températures saisonnières au cours du mois de juillet, août et
septembre, et aux vents du sud des zones chaudes, difficiles d’accès et
non configurées
Toujours dans ce contexte, les pompiers sont formels et estiment que le
secteur de la zone ouest de la wilaya reste le plus affecté par les
incendies dus à la densité de la forêt de la région et à son caractère
rural, ainsi que la concentration d'un grand nombre d’habitats ruraux
entourant la forêt.
- Les pompiers notent par ailleurs que les causes de ces incendies au
niveau du centre de la wilaya de Tipasa en particulier au niveau du mont
Chenoua et le côté ouest de la wilaya sont dus à un grand nombre de
vacanciers en été induisant un grand trafic et l'indifférence du
mouvement des citoyens et des usagers des forêts. En raison de la nature
de l'agriculture qui caractérise la région sud-est et sud-ouest de la
wilaya, il a été noté une augmentation de la proportion des incendies de
cultures agricoles, en particulier dans les zones de Hadjout, Merad,
Bourkika et Ahmer el Aïn. Il est noté aussi l’augmentation du nombre de
feux de forêt et des cultures agricoles causés par des températures
élevées (chaleurs saisonnières) en particulier en juillet, août et
septembre, mais aussi l’incinération des cultures agricoles par les
agriculteurs. L'indifférence des populations et le manque de contrôles
saisonniers des forêts, sachant que certains feux ont été enregistrés
dans les zones isolées et certains d'entre eux la nuit, suspectés être
des incendies criminels. Il y a, selon les pompiers, l'augmentation du
nombre d'incendies lors des week-ends et des vacances d'été (juillet,
août et septembre) du fait de la forte circulation des estivants et le
manque de points d'eau dans les forêts et les difficultés d’accès.
On évoque en plus les retards dans le signalement du début des
incendies. On déplore à ce sujet l’absence de forêts frontalières entre
la forêt sinistrée et les autres zones destinées à empêcher la
propagation des incendies dus aussi à l’insuffisance des tours
d'observation.
Houari Larbi

Categorie(s): régions

Auteur(s): Houari Larbi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..