TIPASA: Relance des opérations de nettoiement des principales villes de la wilaya

Lesoir; le Dimanche 10 Septembre 2017
2

Une relance des opérations de nettoiement de grande
envergure à travers les principales villes de la wilaya a démarré
récemment, pour durer près d’une semaine.
C’est ainsi qu’à ce titre plusieurs camions, bennes à ordures, brouettes
et autres ressources matérielles et humaines viennent d’être mobilisés
pour cette opération. Une première phase a concerné les villes de
Tipasa, Fouka, Bou ismaïl, Ahmer el Aïn, Sidi Rached et Bourkika, allant
du 7 septembre au 11 septembre 2017.
Il est important de rappeler qu’au cours de l’année 2016, lors de la
précédente visite de travail effectuée par le wali de Tipasa dans les
communes de Sidi Rached, Bourkika et Ahmer El Aïn, ce responsable a été
outré en constatant de visu l’amoncellement des immondices, le dépôt
anarchique des ordures ménagères, les déblais de constructions aux
abords des routes, dans les espaces publics et les cités.
Face à cette situation, le wali a interpellé le mouvement associatif
afin qu’il s’implique pleinement dans les opérations de nettoiement en
déclarant que «l’hygiène et la salubrité publiques ne sont pas l’affaire
des services communaux uniquement, mais concernent toute la population»,
en instruisant les responsables concernés afin de mettre à contribution
les citoyens pour que des actions pérennes soient envisagées. Dans ce
cadre, plusieurs citoyens nous ont fait part des travaux de nettoiement
des abords des autoroutes, des routes et des principales voies urbaines,
avec ramassage des détritus en les regroupant dans des grands sachets,
devant être ramassés par des camions de collecte.
Nos sources déplorent que ces mêmes camions de ramassage mettent
beaucoup de temps pour arriver à enlever ces immondices et cela provoque
la déchirure de ces sachets en dispersant les immondices ; un travail
pour rien effectué par les chantiers du dispositif «blanche Algérie» !
A ce titre, il est à noter qu’en 2016, 160 projets du dispositif
«blanche Algérie» avaient permis de créer 1 760 postes de travail, dont
60 projets furent dédiés à la période estivale, afin d’assurer les
meilleures conditions de séjour aux vacanciers sur les sites balnéaires,
nous révèle notre source, tandis que plus de 100 chantiers ont été
destinés à la préservation de l’environnement à travers les opérations
d’environnement, de nettoiement, d’enlèvement des ordures et du
désherbage. Notre source ajoute que ce dispositif «Blanche Algérie»
avait permis de créer 760 postes d’emploi en 2015, à travers les
communes de la wilaya de Tipasa.
Nous avons appris dans ce cadre que le dispositif «Blanche Algérie», qui
offre des opportunités d’emploi aux jeunes à raison de sept personnes
par chantier, viserait, à travers les opérations de nettoiement, de
désherbage et autres actions de salubrité publique confiées à de petites
entreprises, à l’amélioration du cadre de vie des cités d’habitation et
des quartiers, révèlent nos sources.
Le dispositif «Blanche Algérie» viserait aussi, selon nos
interlocuteurs, «outre l’amélioration du cadre de vie dans les quartiers
défavorisés à taux de chômage élevé, mais aussi à la promotion des
tacherons parmi les jeunes chômeurs».
En marge de ces moyens dédiés à l’environnement et pour assurer la
propreté et le nettoiement des espaces et des cités, nous avons appris
que cette frange de jeunes insérés pour une durée allant de trois à neuf
mois, percevrait un salaire mensuel consistant, et serait chargée du
nettoyage des plages autorisées à la baignade. Notons, nous révèlent nos
sources, que ce dispositif pris en charge par les collectivités locales
consiste en outre en la création de micro-entreprises au profit de
jeunes chômeurs dans le secteur de l'environnement, notamment la
création de micro-entreprises d'utilité publique regroupant, chacune, un
responsable d’équipe avec 7 agents d’entretien qui bénéficieraient d'une
couverture sociale et d'un salaire mensuel de 18 000 dinars.
Ces équipes sont spécialisées dans les travaux de nettoyage et
d'assainissement dans le cadre de la préservation de l'environnement.
C’est dans ce contexte et face à ce constat que le wali de Tipasa
s’adressant aux maires de ces communes, fustige les incohérences
constatées en martelant «il vous incombe d’assurer la quiétude du
citoyen, le nettoiement de la ville et de veiller à l’application des
règles de l’urbanisme».
En ajoutant «la loi vous donne toute latitude d’interdire les
constructions illicites et au besoin de les démolir, il n’appartient pas
aux pouvoirs publics de s’adapter au fait accompli des constructions
anarchiques.
Cet état d’esprit doit être banni si nous voulons réellement encourager
l’investissement».
Houari Larbi

Categorie(s): régions

Auteur(s): Houari Larbi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..