Actualité, La promesse et son exécution

Liberte; le Mercredi 30 Decembre 2009
3

Il s’agira de mettre en œuvre des décisions consensuelles et définitivement entérinées. Un exercice facile, dès lors ? En apparence seulement, car l’administration à laquelle incombe l’exécution desdites résolutions ne nous a pas habitués à quelque exceptionnelle performance.En cette fin d’année 2009, le temps devrait être aux bilans des uns et des autres et surtout, ne l’oublions pas, à celui du plan 2005-2009. Il va falloir apparemment repasser : chez nous, on est plus portés sur les perspectives et donc sur les promesses que sur les bilans pouvant être sujets à critique. Parmi les perspectives à échéance immédiate, les dernières résolutions de la tripartite dont la principale, à savoir la revalorisation du SNMG. Si les smicards savent que leur salaire doit augmenter de 3 000 dinars à compter de janvier 2010, ils savent aussi qu’ils ne percevront cette augmentation que dans quelques mois, au mieux, ou l’année prochaine, au pire.Idem pour ceux qui attendent l’amélioration de leur pension de retraite ou de leurs allocations familiales, des dossiers sur lesquels planchent, désormais, des groupes de travail mis en place à cet effet. Il s’agira de mettre en œuvre des décisions consensuelles et définitivement entérinées. Un exercice facile, dès lors ? En apparence seulement, car l’administration à laquelle incombe l’exécution desdites résolutions ne nous a pas habitués à quelque exceptionnelle performance, elle qui est plus connue pour sa nonchalance, sa désorganisation, le manque de motivation de ses employés et le zèle de beaucoup de ses cadres.C’est donc une affaire de concéder enfin une petite hausse des salaires et des retraites les plus bas, c’en est une autre de faire en sorte que le bénéfice de ces mesures soit immédiat pour les concernés. L’attente des smicards risque de se faire encore plus longue que prévue, et certains craignent même que la hausse promise à l’issue de la tripartite ne leur soit pas accordée entière, mais tronquée à l’échelle de l’entreprise par le jeu des amalgames entre primes et retenues. C’est pourquoi les groupes de travail dont la mission est d’arrêter aussi les modalités d’application des décisions de la tripartite doivent à la fois fixer des échéances aux entreprises et veiller, par le biais de mécanismes à prévoir, au suivi de la mise en œuvre de l’opération dans son ensemble.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..