Adéquation formation-emploi, Care se penche sur l’employabilité des jeunes diplômés

Liberte; le Mardi 9 Octobre 2018
3

Le Cercle d’action et de réflexion autour de l’entreprise (Care) s’est penché, hier, lors d’une rencontre organisée à l’hôtel Sofitel d’Alger, sur la question de l’amélioration de l’employabilité des jeunes diplômés. Les résultats de l’enquête sur le climat des affaires pour le 2e trimestre 2018, publiés récemment par Care, font ressortir que si les entreprises n’éprouvent pas de difficulté à pourvoir les postes en nombre, elles peinent à identifier les vrais talents et les vraies compétences. Se pose donc la question de la capacité des institutions de formation à fournir les ressources humaines qualifiées en nombre et en qualité. Comment des relations plus fortes entre les entreprises, les partenaires sociaux et les établissements de formation professionnelle permettraient-elles d’améliorer la qualité de l’offre de formation ? Le programme d’appui à l’Adéquation formation-emploi-qualification (Afeq), qui s’inscrit dans le cadre de la coopération entre l’Algérie et l’Union européenne, se propose de mettre en place quelques leviers pour contribuer au processus plus large d’amélioration de l’employabilité, comme des certifications des compétences des jeunes (diplômés ou demandeurs d’emploi), des offres de formation en prise directe avec le monde du travail, des modalités pédagogiques mieux adaptées à l’évolution du marché du travail. Pour Frédéric Calas, coordinateur du programme Afeq, il s’agit de rapprocher les offres de formation, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur, des besoins des entreprises. Frédéric Calas relève avoir constaté, à Blida, la présence 1 000 apprentis inscrits dans les ressources humaines, alors qu’il n’y a aucune offre d’emploi dans ce domaine et que les besoins sont dans la formation, entre autres de maçons. L’un des enjeux d’une meilleure employabilité réside dans l’établissement d’un dialogue pérenne entre l’université et l’entreprise, afin de créer un processus gagnant-gagnant. Agustín Rodriguez, expert européen, promeut la participation des représentants des entreprises aux organes décisionnels des universités.

M. R.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rabhi Meziane

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..