Azziz Bouras, l’entraîneur des gardiens de but de l’EN, jette l’éponge, La cascade des démissions se poursuit à la FAF

Liberte; le Mardi 13 Fevrier 2018
3

L’entraîneur des gardiens de but de la sélection algérienne Aziz Bouras a mis fin à son contrat avec la Fédération algérienne de football (FAF) suite à un accord trouvé entre les deux parties. Dans une déclaration sur le site de la haute instance fédérale, le désormais ex-entraîneur des gardiens des Verts a expliqué les raisons de son départ “précoce”, motivant sa décision de “personnelle et qu’il était temps de passer à autre chose”. “Effectivement, je suis venu ici à Sidi Moussa pour rencontrer le président de la FAF et Hakim Meddane pour faire le point de la situation et ça s’est bien passé. Je vous annonce officiellement avoir mis un terme à ma collaboration avec l’équipe nationale d’Algérie pour des raisons personnelles. Bien entendu, je souhaite la réussite au staff technique et la sélection avec des choses positives à l’avenir. Cela a été une fierté de collaborer avec l’EN même pour une courte durée. Voilà, ça ne va pas comme on veut ou comme on souhaite et c’est pour des raisons personnelles, il est préférable de passer à autre chose”, a-t-il déclaré. Selon une source digne de foi, Azziz Bouras aurait mal digéré n’avoir pas été consulté sur le retour de Chaouchi ni pour la mise à l’écart de M’bolhi, sachant qu’il est le premier responsable technique des gardiens de buts. Raison pour laquelle il a décidé de déposer sa démission. Du coup, l’on ne sait pas si la FAF va recruter un autre technicien des gardiens ou bien se contenter de M’hamed Hanniched. Bouras rejoint ainsi la liste des personnalités ayant quitté le navire Zetchi depuis son intronisation à la tête de la Fédération algérienne de football (FAF). À commencer par l’ancien DTN Toufik Korichi. Ce dernier versé dans le département de la formation entretenait des relations conflictuelles avec Foudil Tikanouine, le DTN installé par Zetchi. Pour la petite histoire, Korichi reprochait à Tikanouine de l’avoir enregistré à son insu lors des réunions. Ce qui avait été confirmé par la suite de la bouche même du président de la FAF. “Korichi a eu un malentendu avec Tikanouine qui croyait l’avoir enregistré à son insu alors que ce dernier a l’habitude de travailler avec ses interlocuteurs de cette manière”, a-t-il révélé lors d’une conférence de presse.  

Tikanouine, Korichi, Koussa, Mecherara, Alcaraz…
Curieusement, ce même Tikanouine était contraint quelques mois plus tard de démissionner pour officiellement des “raisons personnelles” mais officieusement suite à un scandale avec l’ancien international Horr. La valse des départs et autres limogeages va se poursuivre avec cette fois-ci l’éviction du directeur du centre technique de Sidi Moussa. La haute instance fédérale lui avait reproché la gestion de la pelouse en gazon naturel de Sidi Moussa qui s’était grandement détériorée, sans parler du problème de coupures d’électricité devenues récurrentes. S’ensuivra après le feuilleton Koussa, limogé puis réinstallé dans ses fonctions à la tête de la commission d’arbitrage. L’on se rappelle que Zetchi avait éjecté Koussa pour non-respect au droit de réserve avant de le réinstaller à son poste une nouvelle fois. Puis ce fut une autre histoire de “démission” de Koussa qui avait exprimé son ras-le-bol lors d’une réunion avec le président de la FAF en raison de la présence d’Amalou à qui on lui avait confié le volet désignation. Zetchi va finir par jeter son dévolu sur Mohamed Ghouti. Même le conseiller juridique à titre bénévole de la FAF Mohamed Mecherara, connu pour sa compétence et sa longue expérience dans le circuit footballistique, va démissionner de son poste. La raison est liée à une divergence d’idées opposant les deux hommes. Après c’est au tour du sélectionneur national Lucas Alcaraz de faire les frais des mauvais résultats de l’EN. Son limogeage d’ailleurs pourrait coûter très cher à la trésorerie de la FAF, sachant que le technicien espagnol a saisi la FIFA sur la question des indemnités. Puis, viendra le tour de Mahfoud Kerbadj que la FAF a poussé à la porte de sortie avec le retrait à la LFP de la gestion des championnats professionnels sans compter bien sûr le retrait de Djahid Zefzaf du bureau fédéral pour des raisons professionnelles. Autant de démissions donc et de limogeages qui ont caractérisé la première année de Kheireddine Zetchi à la tête de la Fédération algérienne de football.

T. Nazim

Categorie(s): sports

Auteur(s): Nazim T.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..