BAIE DES AIGUADES À BÉJAÏA, Ira-t-on vers l’aménagement d’un éco-parc multifonctionnel ?

Liberte; le Mardi 10 Avril 2018
146683

“On attend sa présentation en assemblée pour décider des suites à lui réserver ;on doit étudier sa faisabilité et surtout le coût de cet investissement”, dira un membre de l’exécutif.

Un avant-projet de réhabilitation et d’aménagement de la baie des Aiguades sera soumis cette semaine aux élus de l’APC de Béjaïa. L’avant-projet, a expliqué un membre de l’exécutif communal, a été présenté il y a moins d’une semaine par l’association culturelle et écotouristique des Aiguades, en collaboration avec un architecte paysagiste. Pour le membre de l’exécutif, le projet est assurément intéressant : “J’y ai moi-même assisté, mais on attend sa présentation en assemblée pour décider des suites à lui réserver ; on doit étudier sa faisabilité et surtout le coût de cet investissement. Ce n’est qu’après que l’on sera fixé définitivement.” En effet, lors de la conférence-projection sur l’avant-projet de réhabilitation et d’aménagement de la baie des Aiguades en éco-parc paysager, en plus des élus de l’APC, étaient conviés les présidents de coordination du patrimoine, les animateurs écologiques et de la protection de l’environnement, ainsi que des personnalités de la ville. L’idée est venue suite, explique-t-on, à une rencontre fortuite entre deux amoureux du site, Malek Djellouli, le président de l’association culturelle et écotouristique des Aiguades, et le Franco-Algérien René-Malek Allouche, architecte paysagiste, natif de la région, qui vit en France. L’architecte paysagiste a conçu bénévolement l’avant-projet. Il s’est dit choqué par l’état exécrable dans lequel se trouve actuellement la baie des Aiguades. Vidéos à l’appui, l’assistance a regardé avec aversion les saletés indescriptibles qui donnent la nausée, des murs de soutènement qui se sont écroulés ou qui menacent de céder à la pression des eaux, des arbres millénaires massacrés, des squatteurs des lieux et le stationnement anarchique de voitures. Le contraste sera saisissant dès que l’architecte paysagiste montre d’autres vidéos où le lieu est réhabilité et aménagé ; une véritable mue où la verdure est mêlée à de grands arbres, au bleu de la mer et à l’ocre des constructions. Le concepteur propose de faire de ce lieu quasi abandonné “un éco-parc multifonctionnel, multi-générationnel et multi-saisonnier”. Un éco-parc où seront réunis les quatre piliers du développement durable, à savoir l’environnement, l’économie, le social et la concertation, plaidera-t-il. Le concepteur mettra en relief le circuit de l’eau – l’emblème du site –, et mettra en valeur le patrimoine du site et la végétation du lieu (arborétum), mais toujours en gardant la structure. Une fois matérialisé, il y aura pour le visiteur à chaque saison des esplanades, des aires de stationnement, des cours d’eau et une piscine pour enfants, mais aussi des circuits de promenade.
Il y aura aussi des équipements, un restaurant avec une aire de repas, un café avec terrasse panoramique, un local d’exposition, un local pour la police communale, un local sanitaire pour le public, et du mobilier de plage comme cabines pour se changer, douches et vestiaires. Et l’éco-parc fonctionnera ainsi 12 mois sur 12 et non durant les 2 mois d’été seulement.

M. Ouyougoute

 

Categorie(s): centre

Auteur(s): OUYOUGOUTE Moussa

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..