Colloque national autour de Mostefa Ben Brahim à Sidi Bel-Abbès, La vie et les œuvres du poète en débat

Liberte; le Dimanche 30 Decembre 2018
151350

Lors de cette rencontre qui a regroupé deux jours durant de nombreux universitaires et poètes venus de Sidi Bel-Abbès et d’autres wilayas du pays, pas moins d’une vingtaine de communications ont été présentées à l’assistance. Elles ont abordé la vie de ce barde immortel de l’Algérie et contemporain de l’Émir Abdelkader ainsi que ses œuvres.

La poésie populaire, dite melhoun, narrative, musicale et chantée du poète Mostefa Ben Brahim, de son vrai nom Abdellah Ben Brahim Mostefa dit Safa, né en 1800 à Boujebha El-Bordj relevant de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, a été au centre des débats d’un colloque académique organisé les 26 et 27 du mois en cours, à la salle de conférence de la bibliothèque Kabatti sous le haut patronage du wali et à l’initiative de la direction de wilaya de la Culture en collaboration avec le laboratoire de collecte et de documentation de la poésie populaire de l’époque ottomane de l’université de Tlemcen.
Lors de cette rencontre qui a regroupé deux jours durant de nombreux universitaires et de poètes venus de Sidi Bel-Abbès et d’autres des wilayas de Tlemcen, M’sila, Aïn Témouchent, Naâma et d’El-Bayadh pas moins d’une vingtaine de communications ont été présentées à l’assistance qui a abordé la vie de ce barde immortel de l’Algérie et contemporain de l’Émir Abdelkader ainsi que ses œuvres, notamment “L'environnement social et son impact sur la personnalité de Mostefa Ben Brahim”, “La poésie de Mostefa Ben Brahim, une source pour l’écriture de l’histoire de l’Algérie moderne ou contemporaine”, “L'environnement social et son impact sur la personnalité de Mostefa Ben Brahim”, ou encore “L’appariement des airs musicaux dans un texte poétique populaire de Mostefa Ben Brahim”. Selon le directeur de wilaya de la Culture, Mohamed Taïbi, “Mostefa Ben Brahim, auteur de la célèbre Yamna et de Matwal lil ki twal est une personnalité multidimensionnelle, contemporaine de l’Émir Abdelkader et de grands poètes à la dimension de sa poésie tels Benkeriou, Benguitoun et d’autres poètes algériens qui ont donné à la poésie populaire une grandeur et une narration extraordinaire. Aussi, sa poésie raconte des faits sur la région de Sidi Bel-Abbès et maghrébine, à travers laquelle il décrit la femme, le monde bédouin, les héros de la Révolution algérienne lors de l’époque de l’Émir Abdelkader, à tel point qu’elles ont eu une influence considérable sur la chanson oranaise et ont été captées par Ahmed Wahby, Mazouzi et autres chanteurs algériens”. Et au responsable d’ajouter : “C’est une poésie extraordinaire, narrative, musicale et chantée. Maître incontesté de la poésie populaire algérienne, dite melhoun, Mostefa Ben Brahim dit Safa, fut poète et imam et juge (kadi) dans la région d’Ouled Mehadja avant son exil forcé en 1845 à Fès (Maroc). Six ans après, suite au décès de sa femme Yamina, il revint en Algérie et s'y installa à M'cid de la daïra de Sfisef, et ce, jusqu'à sa mort en 1867.”

A. BOUSMAHA

 

Categorie(s): culture

Auteur(s): Bousmaha A

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..