Emmanuel Macron à propos des projets de Cevital en France, “On va vous aider, on sera là pour vous”

Liberte; le Jeudi 8 Novembre 2018
150352

“Je me souviens concernant Brandt que personne n’y croyait vraiment”, a-t-il dit, renouvelant la disponibilité du gouvernement français à accompagner l’entrepreneur algérien dans ses projets.

“On va vous aider. On sera là pour vous. Que ce soit sous forme de financements bancaires ou d’une entrée dans le capital. On a besoin d’aller vite. À nous de jouer.” C’est par ces mots très rassurants que le président français, Emmanuel Macron, s’est adressé au président du groupe Cevital, Issad Rebrab, à l’occasion de l’inauguration du site industriel du groupe algérien à Charleville-Mézières, dans le département des Ardennes, à l’extrême nord-est de l’Hexagone. Le président français s’est montré, à l’occasion, impressionné par les explications apportées par M. Rebrab à propos des trois usines qui s’installeront sur le site, mais aussi des perspectives qu’offre ce dernier pour le développement de cette région. M. Macron s’est, d’ailleurs montré très loquace à ce sujet, louant, au passage, la détermination de l’homme d’affaires algérien et sa conception du développement économique. “Il (M. Rebrab) suscite beaucoup d’espoirs. Il va permettre d’offrir des perspectives pour l’emploi et la formation”, a-t-il déclaré, tenant à féliciter le patron algérien pour ses initiatives.
M. Macron a d’ailleurs rappelé, un sourire aux lèvres, les péripéties du rachat du géant de l’électroménager Brandt par Cevital. “Je me souviens concernant Brandt que personne n’y croyait vraiment”, a-t-il dit, renouvelant la disponibilité du gouvernement français à accompagner l’entrepreneur algérien dans ses projets. M. Macron a même demandé au patron de Cevital “d’aller vite”. “On a besoin de rapidité dans l’exécution et hâter la formation des jeunes”, a-t-il expliqué.
Concernant la question du financement de l’investissement lié au site industriel de Charleville-Mézières, Emmanuel Macron a tenu à rassurer le patron de Cevital, indiquant que le dossier fera l’objet de réunions entre les deux parties pour examiner les solutions à apporter à ce sujet. Une implication de la Banque française de développement de l’investissement (BDI) a, ainsi, été évoquée par le président français. M. Rebrab a révélé, sur place, que le montant de l’investissement avoisine les 250 millions d’euros.
Le patron de Cevital n’a pas lésiné sur les mots pour remercier les autorités françaises, mais aussi et surtout les autorités locales et les élus du département des Ardennes et l’agence Ardennes Développement qui a accompagné le groupe algérien dans ses démarches d’installation dans la région. “Nous sommes très heureux de nous retrouver dans les Ardennes où on a été très bien accueillis par les autorités locales”, a confié M. Rebrab qui a tenu, pour sa part, à remercier Emmanuel Macron pour sa compréhension, sa disponibilité et ses encouragements. “Le maître-mot dans le monde actuellement, c’est l’emploi et le développement. Tout le monde cherche cette denrée rare que sont les entrepreneurs actifs. Je remercie le président Macron qui nous a toujours encouragés”, a-t-il affirmé, à ce propos.

Trois mois, et le projet voit le jour !
Le complexe de Cevital à Charleville-Mézières a été lancé en un temps record pour un investissement d’une telle envergure. Il a, en effet suffit de seulement trois mois entre le premier contact de la délégation de Cevital avec les responsables d’Ardennes Développement pour installer le groupe algérien sur une partie du site occupé par les fonderies aluminium de Peugeot-PSA.
“Il y a trois mois, on ne se connaissait pas. Aujourd’hui, on a déjà pu installer les premiers équipements sur le site. C’est énorme”, a assuré le patron de Cevital. Les représentants d’Ardennes Développement, en les personnes de Jean-Louis Amat, directeur général, et Maryline Le Maou, senior project manager, étaient présents à la cérémonie d’inauguration du complexe. Ils n’ont pas caché leur admiration devant l’énergie du patron de Cevital. “J’ai vu tout ce qu’a fait auparavant M. Rebrab en France. Quand il a repris le groupe Brandt, j’ai compris que c’était quelqu’un que l’on devait ramener chez nous. Je rêvais même de sa rencontre pour échanger à propos de ce que l’on pouvait faire avec lui. Trois mois après notre premier contact, en août dernier, les choses sont tellement allées vite que nous en sommes à l’inauguration du site”, raconte Maryline Le Maou. Le site industriel de Charleville-Mézières comptera des usines pour la fabrication de stations de production d’eau ultra pure, mais aussi de membranes de filtrage de l’eau. Un centre de recherche et développement est également dans les plans du complexe. La cérémonie d’inauguration a été marquée par la présence des autorités locales et des élus du département des Ardennes, à leur tête le préfet. Après avoir reçu le président Macron qui l’a salué longuement et lui a donné l’accolade, M. Rebrab a fait à la délégation une longue présentation du projet, mettant notamment en exergue le procédé révolutionnaire de production d’une eau ultra pure, acquis par le groupe Cevital. “Nous avons là une technologie de pointe qui répondra à divers besoins au niveau mondial. L’eau ultra pure produite ainsi est 10 fois plus épurée que l’eau produite par les procédés connus actuellement et 4,5 fois moins chère. Nous ciblons d’ailleurs plusieurs secteurs d’activité”, a-t-il indiqué. Les industries pharmaceutiques, des semi-conducteurs, de l’agroalimentaire, de la pétrochimie sont, entre autres, les secteurs ciblés. M. Rebrab s’est d’ailleurs montré très optimiste concernant les débouchés pour les produits et les unités de production d’eau pure qui seront fabriqués, dans ce cadre, par Cevital. “Tous les laboratoires de médicaments vont changer leurs équipements pour s’adapter aux nouvelles technologies mises au point, sans compter les nouvelles entreprises qui naîtront dans ce secteur”, explique-t-il, vantant la contribution du procédé pour l’industrie des semi-conducteurs qui, dit-il, utilise plus d’eau pure que l’industrie pharmaceutique. Les machines de Cevital pourront également investir le créneau de l’industrie du pétrole dont les eaux extraites des gisements ont besoin d’être traitées avant leur réinjection dans les puits, pour éviter la pollution des nappes souterraines. Le marché est énorme, selon M. Rebrab, qui révèle que les besoins du seul secteur pétrolier américain en la matière sont évalués à 32 milliards de dollars/an. Tout cela, d’après le patron de Cevital, ne représente que 10% de tout le marché mondial, estimé à 320 milliards de dollars. M. Rebrab a fait part dans ce cadre de la création d’une joint-venture avec l’américain Schlumberger pour la mise en place de 4 stations de traitement des eaux du pétrole. M. Rebrab a, enfin, exprimé ses regrets de n’avoir pas pu mener ses projets liés à la production d’eau ultra pure et de stations de traitement, entièrement et seulement en Algérie. “On voulait la faire à 100% en Algérie. Malheureusement, les contraintes que nous avons nous ont poussés à nous rabattre sur d’autres pays”, lâche-t-il, un brin déçu, dans une allusion aux blocages que subit le groupe Cevital dans son développement.

H. S.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hamid Saidani

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..