#EspacesLibres, LinkedIn tendance : un espace pour les "guetteurs" de job

Liberte; le Vendredi 16 Mars 2018
146259

L’ère du digital ne cesse d’évoluer et de prendre de l’ampleur. Les développeurs web et d’application mobiles ne se font plus rares.

En 2017, 2 millions d’application mobiles étaient disponibles sur l’App store d’Apple ainsi que 2.8 millions d’applications sur le Google Play Store ; les chiffres continuent à augmenter de manière considérable.

D’après les statistiques du site Wearesocial.com établies pour l’année 2017, sur 7.476 milliards, on dénombre 3,773 milliards d’internautes, soit 50% de la population ; 4,917 milliards d’utilisateurs de mobiles, soit 66% ; 2,789 milliards d’utilisateurs de réseaux sociaux, soit 37% et 2,549 milliards d’utilisateurs de réseaux sociaux sur mobile, soit 34% de la population.

Ces utilisateurs de réseaux sont présents en masse sur les 10 réseaux sociaux les plus utilisés dans le monde, on cite Facebook (10 milliards), Instagram, Qzone (le réseau le plus connu en Chine), Tumblr, Twitter, Baidu Tieba (Chine), Sina Weibo (Chine), Snapchat, Pinterest, et enfin LinkedIn avec 106 millions d’utilisateurs.

La présence d’internautes est assez réduite sur le réseau LinkedIn du fait qu’il s’est spécialisé dans la vie professionnelle : recrutement, prestations, recommandations...

Il constitue un moyen efficace et sûr de développer et enrichir son capital social en créant des relations entre des professionnels d’un secteur donné (on compte plus de 150 secteurs d’activité), étudiants et entreprises. Il permet également d’acquérir et de concrétiser de nouvelles idées en collaboration avec d’autres professionnels du domaine, d’obtenir des opportunités d’emploi et être à jour car oui, il reste un réseau social comme les autres où les nouvelles traversent le globe terrestre en quelques secondes.

Cependant, il est indispensable de créer sa propre identité dite virtuelle et de gérer son

e-reputation (réputation en ligne) ; car tout se joue sur la présentation du profil, les réalisations et centres d’intérêts de l’individu ainsi que ses formations professionnelles. 

Aujourd’hui, avec le développement du réseau et l’augmentation de ses utilisateurs, les cabinets RH l’exploitent afin de trouver les profils recherchés.

Malgré la réputation de LinkedIn, qui est entièrement professionnel, certains l’utilisent pour se divertir ou faire des rencontres n’épousant pas le contexte de ce réseau social.

Témoignage de Pros 

« J’ai intégré le réseau il y a environ 15 ans de cela, je travaillais dans une entreprise, je voulais la quitter et trouver un autre job plus intéressant, j’ai estimé que LinkedIn était le meilleur réseau pour pouvoir faciliter ma mobilité. J’ai demandé à tous les gens que je connais d’écrire des recommandations, j’ai alors enrichi mon réseau petit à petit. Je pense qu’aujourd’hui je dois avoir environ 8000 ou 9000 personnes dans mon réseau. Il m’a beaucoup aidé dans ma carrière professionnelle, très souvent les recruteurs me démarchent sur LinkedIn, j’ai d’ailleurs changé d’emploi grâce à lui et trouvé un job qui m’a beaucoup plu ; ça me permet d’ailleurs de faire du business aujourd’hui, y a des organisations qui me contactent à partir de mon profil, moi je contacte des gens qui m’intéressent, des clients ou des talents, donc ça m’aide beaucoup dans ma vie professionnelle. 

Je dois vous dire que moi je suis « hyper » connectée, tout est sur mon smartphone, les réseaux sociaux y compris. J’utilise très rarement le laptop pour les réseaux sociaux. 

J’aime beaucoup l’application LinkedIn je la trouve très facile à utiliser, d’ailleurs c’est ce que je fais avant de dormir, je vais sur LinkedIn, je vois les messages que j’ai reçus, les demandes de contacts… J’utilise également Facebook pour le travail mais c’est vrai que c’est un peu plus fun mais sur LinkedIn c’est purement professionnel. »  Leila AKLI, experte en communication corporative et relations publiques et CEO de Pi Relations.

 

« Je ne me rappelle pas du tout quand est-ce que j’ai créé mon compte LinkedIn, c’est mon métier qui m’a poussé à le faire, comme je suis dans le Social Média donc j’ai été obligée de connaitre ce réseau-là, il faut savoir que je suis obligée de tester tous les réseaux sociaux et cela pour voir leur potentiel et ce qu’on peut faire avec concernant les marques. Il ne faut pas se mentir, LinkedIn peut parfois jouer le rôle de Meetic en Algérie, c’est parfois même anarchique. Franchement en ayant discuté avec d’autres personne à l’étranger, en Europe, en France particulièrement je me suis rendue compte que nous ne sommes pas si éloigné que cela. En Algérie il y a beaucoup de « salut, cava ? » parce qu’il y a des personnes dont l’objectif est différent. Vu que certains profils, comme le mien, sont complets, c’est à dire que la photo est présente ainsi que toutes les informations requises, cela facilite aux gens de le rendre anarchique parfois, loin du but de ce réseau.

Maintenant est-ce qu’il y a eu des opportunités de travail concrètes où j’ai réellement signé, non, mais par contre des rencontres professionnelles enrichissantes grâce à LinkedIn, oui énormément parce qu’il reste un réseau social où on échange, où on peut créer une certaine notoriété d’une marque par exemple, où des personnes peuvent te recommander…

On ne peut pas dire que c’est seulement de l’anarchie, il y a certainement un côté positif mais ici en Algérie nous n’avons pas encore la culture LinkedIn, je pense tout de même que cela se produira d’ici quelques temps. D’ailleurs j’ai un point à souligner vu que j’ai donné une formation à l’EHEC ou l’ESI, je ne m’en rappelle plus ; les étudiants qui m’ajoutent sur le réseau, ce qui me fait énormément plaisir, ont des profils inadéquats, incomplets. Je leur ai clairement dit que ce n’est pas parce qu’ils sont étudiants qu’ils n’ont rien à mentionner sur leur profil, et qu’ils devraient mettre leurs vrais noms et prénoms et non pas leurs surnoms, ainsi qu’une photo de profil adéquate. Il faut également mentionner l’université dans laquelle ils suivent leur formation ainsi que leurs activités associatives s’ils en ont car si un jour ils seront appelés à être recrutés dans des entreprises dans le secteur de la communication par exemple, ils auront déjà de mauvais points en terme d’image.

En ce qui concerne l’utilisation du réseau c’est sur mon laptop et mon smartphone, je trouve que l’application mobile est mieux que le site web plus particulièrement après que Microsoft l’ait racheté, ils ont beaucoup travaillé la version mobile, elle est plus facile à utiliser, elle donne des aperçus beaucoup plus simples que sur PC et puis voir et ajouter des personnes est plus rapide. » Sarah MEHCHEM, social media strategist et directrice associée à Oxymuse.

« J’ai débuté sur LinkedIn en 2010, la raison principale qui m’a poussé à le faire était de recruter des commerciaux pour mon cabinet. Ce réseau m’a beaucoup aidé dans ma carrière professionnelle, je l’utilise et sur mon laptop et sur mon smartphone. Par contre sur l’application mobile je trouve que le design et la facilité d’utilisation sont moyens, mais concernant l’utilité c’est parfait. Ce réseau social permet un réseautage très puissant et nous permet également en tant que recruteurs de trouver des profils très intéressants. » Okba REHAB, formateur & coach en performance commerciale chez Cabinet "Alternative".

Mellyssia LAZIB

Partenariat Réd-DIG-"Liberté" (#RDL)/Alumni (HEC)

Categorie(s): partenariat réd-dig-"liberté"/alumni (hec)

Auteur(s): Melyssia LAZIB (Partenariat Réd-DIG-"Liberté" (#RDL)/Alumni (HEC) )

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..