Il affirme que son pays est mille fois mieux sans eux, L’émir du Qatar provoque Riyad et ses alliés

Liberte; le Mercredi 15 Novembre 2017
3

Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, l’émir du Qatar, n’a pas ménagé, hier, les États arabes qui ont imposé un embargo à Doha après avoir rompu leurs relations avec son pays il y a 5 mois. “Le Qatar est mille fois mieux sans les États arabes”, a-t-il affirmé dans un discours devant une assemblée consultative appelée Majlis al-Choura, en indiquant que son gouvernement avait mis en place des plans d’urgence alors que la crise du Golfe pourrait durer. “Nous ne redoutons pas le boycott des pays du blocus, et nous sommes mille fois mieux sans eux”, a-t-il souligné, tout en prenant le soin d’ajouter que “la vigilance est de mise”. Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani a précisé que son gouvernement travaillait sur un certain nombre de projets pour la sécurité alimentaire et accordait une attention spéciale à l’eau. Rappelons que l’Iran, la Turquie et plus récemment l’Espagne ont aidé le Qatar pour ses importations de nourriture depuis le début de la crise du Golfe, qui a éclaté le 5 juin lorsque l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte ont rompu leurs relations diplomatiques et fermé leurs frontières avec l’émirat gazier en l'accusant de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l’Iran. Par ailleurs, l’émir du Qatar a estimé que les pays arabes ayant imposé des sanctions à son pays en juin, au motif que Doha soutient le terrorisme, n’étaient pas intéressés par la recherche d’une solution à la crise. Il est allé jusqu’à les accuser de vouloir empêcher son pays d’accueillir la Coupe du monde de football en 2022. Selon lui, “ils exercent des pressions, et ont publié des rumeurs et des inventions à ce propos”. Il s’est insurgé contre les tentatives des adversaires du Qatar pour faire dérailler ce Mondial et a dit que les grands projets d’infrastructure se poursuivaient. Réaffirmant sa disposition à dialoguer afin de résoudre la crise, Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani s’est dit “prêt à trouver un compromis dans le cadre d’un dialogue reposant sur le respect mutuel et les engagements respectifs. Mais nous voyons que les indicateurs en provenance des pays du blocus montrent qu’ils ne veulent pas aboutir à une solution”, a-t-il toutefois ajouté. Il a, par ailleurs, annoncé que des élections, dont il n'a pas précisé la date du déroulement, se tiendraient pour le Majlis al-Choura, dont les 45 membres sont actuellement désignés par ses soins, mais que de nouvelles règlementations devaient être adoptées au préalable.

Merzak Tigrine

Categorie(s): international

Auteur(s): Merzak Tigrine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..