La Turquie veut fouiller dans le consulat saoudien à Istanbul, Journaliste disparu : la tension monte entre Ankara et Riyad

Liberte; le Mardi 9 Octobre 2018
3

Les autorités turques ont demandé à fouiller le consulat saoudien d'Istanbul, un peu moins d'une semaine après la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, qui n'a pas donné signe de vie après s'être rendu pour des démarches administratives à la représentation diplomatique, a rapporté hier la chaîne NTV. La demande a été transmise à l'ambassadeur saoudien à Ankara, convoqué une deuxième fois au ministère turc des Affaires étrangères, précise la chaîne privée. Il a déjà été convoqué dans le cadre de cette affaire mercredi. Une source au sein du ministère turc des Affaires étrangères a déclaré que l'ambassadeur a été “invité” au ministère dimanche. “Il lui a été transmis que nous attendons sa totale coopération dans le cadre de l'enquête”, affirme cette source qui a requis l'anonymat. Jamal Khashoggi, un journaliste critique du pouvoir de Riyad qui écrivait notamment pour le Washington Post, s'est rendu au consulat mardi dernier pour des démarches administratives. Selon la police turque, il n'en est jamais ressorti. Dans un entretien vendredi à l'agence Bloomberg le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a affirmé que Jamal Khashoggi était effectivement “entré” au consulat mais qu'il en était sorti peu après. Il a lui-même invité les autorités turques à “fouiller” le consulat. “Nous n'avons rien à cacher.” Des responsables turcs ont affirmé samedi soir que, selon les premiers éléments de l'enquête, M. Khashoggi a été assassiné au sein du consulat. Mais Riyad a immédiatement démenti ce qu'il a qualifié d'affirmations “dénuées de fondement”. Hier, ce fut au tour de la France pays allié de l'Arabie Saoudite, de demander que le sort du journaliste saoudien critique de son pays Jamal Khashoggi, qui n'a pas donné signe de vie depuis le 2 octobre, soit éclairci “le plus rapidement possible”. “La France est préoccupée par la disparition de M. Jamal Khashoggi, personnalité saoudienne reconnue et estimée”, a indiqué la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Agnès von der Mühll.

R. I./Agences

Categorie(s): international

Auteur(s): R. I. /Agences

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..