Le premier ministre a insisté sur le rôle de l’armée dans la stabilité du pays, Les réponses sibyllines d’Ouyahia à l’opposition

Liberte; le Lundi 18 Septembre 2017
141788

Ahmed Ouyahia a fait un appel du pied à l’armée au moment où des voix l’appellent, ouvertement ou de manière sournoise, à agir pour sortir de la situation de vacance du pouvoir.

Le Premier ministre a commis, hier, sa déclaration de politique générale devant les députés. Très attendu sur les solutions qu’il préconise pour éviter que le pays ne sombre davantage dans la crise, Ahmed Ouyahia n’en a pas moins disserté dans le chapitre politique. Il s’y est méticuleusement exercé, surtout qu’il avait l’idée de porter l’estocade à l’opposition sans paraître rechercher la polémique. Aussi a-t-il loué le rôle de l’armée que des voix appellent, ouvertement ou de manière sournoise, à agir pour sortir de la situation de vacance du pouvoir, dans la préservation de l’unité et la stabilité du pays.
Par stabilité, le Premier ministre entendrait aussi la stabilité politique. En effet, Ouyahia fait de la sécurité et de la stabilité du pays un des axes majeurs de son plan d’action traduisant, insistait-il, les objectifs majeurs du programme du président Bouteflika. Il a promis, ainsi, que son gouvernement ne ménagera pas ses efforts pour continuer à assurer les moyens nécessaires à l’Armée nationale populaire (ANP) en particulier, et aux services de sécurité en général, pour leur permettre de mener convenablement leur mission de veiller sur la sécurité et la stabilité du pays. “Chacun de nous conviendra qu'il n'y a ni développement ni bien-être  lorsque la sécurité est absente, lorsque la stabilité d'un pays est remise en cause ou lorsque l'unité d'une nation est atteinte. Voilà pourquoi le gouvernement ne ménagera aucun effort pour préserver la sécurité et la paix civile qui sont des fruits précieux de la réconciliation nationale”, a-t-il soutenu.
D’où l’engagement de son gouvernement, assure-t-il, à apporter l’appui nécessaire aux forces de sécurité, à leur tête l’ANP. “Nos forces de sécurité, à leur tête l'Armée nationale populaire (ANP), bénéficieront de tout l'appui nécessaire pour poursuivre la lutte contre le terrorisme, pour combattre la criminalité transfrontalière, et pour préserver l'intégrité du territoire national”, a-t-il promis.
En décodé, Ouyahia répond, on ne peut plus clairement, aux voix qui se sont élevées ces derniers temps pour lancer un appel à la “grande muette” aux fins d’intervenir dans le champ politique. Certains acteurs politiques l’ont, en effet, exprimé clairement en allant jusqu’à réclamer à l’armée de se porter “garante” pour l’organisation d’un dialogue national. Ouyahia ne manquera pas d’agiter le spectre du terrorisme qui plane toujours sur le pays. Il ajoute que la préservation de la sécurité et de la stabilité “se poursuivra également par le canal d'une lutte sévère contre toutes les formes de criminalité”. Il annonce à ce propos, le durcissement de la législation pénale.
Le Premier ministre a, par ailleurs, répondu à l’appel de l’opposition pour l’organisation d’un dialogue national sur la crise multidimensionnelle qui affecte le pays. “Le gouvernement sera toujours disponible pour le dialogue avec tous les partis politiques qui en exprimeront la demande, chaque fois que l’objet en sera l’intérêt de la collectivité nationale. Dans le même temps, le gouvernement entretiendra une relation soutenue avec les partis de la majorité présidentielle qui constituent sa propre majorité au Parlement”, a-t-il suggéré, synonyme d’une fin de non-recevoir à la revendication de l’opposition.
En réalité, les représentants des partis politiques de l’opposition ne s’attendaient pas à mieux de la part d’Ouyahia qui les a accusés, quelques jours auparavant, de “commerçants de la politique”. “Je ne pense pas qu’Ouyahia veut dialoguer parce qu’il a commencé par accuser les partis de l’opposition de ‘commerçants de la politique’”, regrette déjà, entre autres, Mohcine Belabbas que nous avons interrogé hier dans les travées de l’hémicycle. Le reste de l’opposition n’en pense pas moins.

Farid Abdeladim

 

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Farid Abdeladim

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..