Le Soudan du Sud toujours en guerre six ans après son indépendance, De nouveaux combats font plus de 90 morts

Liberte; le Mercredi 4 Octobre 2017
3

L'Armée populaire de libération du Soudan (APLS), force gouvernementale du Soudan du Sud, a déclaré, hier, avoir tué 91 rebelles et en avoir blessé d'autres après les nouveaux combats dans la région de Waat dans l'État de Bieh, au nord de la capitale Juba. Le porte-parole de l'APLS, Lul Ruai Koang, a déclaré que les violences avaient éclaté, dimanche, et que d'autres victimes étaient à attendre suite à la reprise des combats lundi. “Hier, une force combinée de combattants rebelles de jeunes Lous et Nuers [ethnies du Soudan du Sud] ont lancé une attaque contre notre position, de 17h30 à 08h00. Nous avons perdu quatre soldats et tué 91 rebelles”, a dit M. Koang à Juba. Les rebelles de l'APLS-En opposition (APLS-IO), fidèles à l'ex-vice-président Riek Machar, ont été repoussés par l'armée à l'issue des nouvelles attaques qui ont duré une heure lundi. M. Koang a déclaré qu'il n'y avait pas de pertes civiles graves, les victimes étant des membres de l'armée rebelle. “Le moment de cette attaque coïncide avec le processus de redynamisation des pourparlers de paix à haut niveau entre les dirigeants de la région, et les rebelles tentent d'utiliser ces attaques pour faire un chantage sur la communauté internationale, car ils veulent plus de territoires”, a-t-il ajouté. En juin, les dirigeants de la région, réunis dans le cadre de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) ont lancé un processus de relance de l'accord de paix interrompu par une reprise des combats entre tous les groupes armés en juillet de l'année dernière. Le Soudan du Sud a plongé dans les violences en décembre 2013 suite à un litige politique entre le président Kiir et son ex-vice-président Riek Machar, aboutissant à des affrontements armés entre les forces loyales à M. Kiir  et celles loyales à M. Machar. Un accord de paix conclu en 2015 pour mettre fin aux violences a été une nouvelle fois enfreint en juillet 2016 quand les factions rivales ont repris les combats dans la capitale, contraignant le dirigeant rebelle Machar à fuir en exil. Ce conflit a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés dans la population sud-soudanaise.

R. I./Agences

Categorie(s): international

Auteur(s): R. I. /Agences

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..