Prix de la pomme de terre, La barre de 120 DA dépassée !

Liberte; le Mercredi 24 Decembre 2014
3

De tous les produits agricoles, la pomme de terre dont les prix flambent, atteignant les 130 dinars le kg il y a quelques semaines, fait polémique, fait parler d’elle. Ce tubercule si précieux, cultivé pourtant dans plusieurs régions du pays, pose problème dans un marché poreux, faussement organisé. C’est en fait le système de commercialisation qui est pointé du doigt. Tels qu’ils fonctionnent aujourd’hui, les circuits de commercialisation sont inadaptés et sont plus orientés vers la spéculation, le circuit de commercialisation agricole dans le pays livré au gré des spéculateurs et autres mandataires. Et dans ces circuits, la liberté des prix est devenue synonyme d’anarchie. Cette flambée des prix de la pomme de terre est l’un des scandales de l’année 2014. Preuve que le système de régulation de l’Etat n’a pas fonctionné. Aussi, il y a nécessité de développer en aval une stratégie de grandes centrales d’achat, comme on en trouve dans les pays à économie libérale. Cette manière de faire devrait conduire à l’amélioration de l’approvisionnement des marchés en produits agricoles de manière générale et de stimuler la compétitivité sur les marchés locaux. Dans l’une de ses récentes déclarations, Nouad Mohamed Amokrane, consultant et spécialiste des questions agricoles, expliquait que l’avenir des marchés des produits agricoles doit s’orienter vers une transformation en pôles agroalimentaires devant être fournisseurs de services, capables d’opérer avec des modes de transport adéquats, de pouvoir gérer la chaîne du froid et de s’adapter aux exigences d’information et de traçabilité des produits ainsi que sur la maîtrise des prix. A l’évidence, une organisation en filière et constitution en coopératives de commercialisation ne peut-être possible que s’il y a bonne volonté des agriculteurs à s’organiser et à défendre leurs produits et leur profession. En amont, la réorganisation de la branche en est à ses débuts. Elle va se faire par le bilan du Conseil national interprofessionnel de la filière pomme de terre (Cnifpt), installé en 2013. Cet organisme, aussi large que possible, est composé de représentants d’agriculteurs, de producteurs de semences, de professionnels du stockage, de distributeurs d’intrants agricoles et des consommateurs, des représentants de la Badr, des sociétés de gestion de participation.

Y. S.

Categorie(s): dossier

Auteur(s): Salami Youcef

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..