Projet de loi de finances, Seulement 18 000 postes budgétaires en 2019

Liberte; le Jeudi 8 Novembre 2018
150353

Il est prévu l’ouverture de 18 000 postes budgétaires uniquement dans la Fonction publique et l’allocation de 52% des crédits de paiement demandés par le secteur de l’habitat.

Des membres de la commission des finances et du budget de l’APN, que nous avons approchés, ont relevé la détermination de l’État à rester sur la voie de la rigueur budgétaire. “Le gouvernement n’a, certes, pas institué de nouvelles taxes pour l’exercice 2019. Il n’a pas, non plus, prévu une amélioration du pouvoir d’achat considérablement érodé”, soulignent nos interlocuteurs. Les difficultés d’accès à l’emploi, particulièrement dans la Fonction publique, sont mises à l’index. Pour toute l’année 2019, le gouvernement a budgétisé l’ouverture de 18 000 postes de travail dans quatre secteurs : l’intérieur et les collectivités locales, la santé, l’éducation nationale et l’enseignement supérieur.
Ce qui revient à conclure que 93 recrutements sont autorisés pour chacun des domaines d’activité susmentionnés par wilaya. “Trop peu”, estiment des députés. Il s’avère clairement laborieux de combler les déficits déclarés. La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit, a situé, à maintes reprises, les besoins de son secteur aux alentours de 14 000 à 20 000 nouveaux enseignants par an, sur l'ensemble du territoire national. Une multitude d’écoles primaires, de collèges et de lycées fonctionnement sans professeurs pour les matières essentielles. Le système de santé publique souffre d’un manque de 50 000 infirmiers. Environ 100 000 paramédicaux sont en exercice dans les structures sanitaires, soit un infirmier pour 420 habitants. Le déficit est aussi marqué pour les sages-femmes et les médecins spécialistes. Des parlementaires appellent au gel de l’instruction du gouvernement portant sur le non-remplacement des fonctionnaires admis à la retraite. La mesure alimente grandement le chômage dès lors que le secteur économique et les entreprises privées ne peuvent absorber la masse des demandeurs d’emploi, parmi lesquels les nouveaux diplômés universitaires. Dans un autre chapitre, l’Exécutif exprime, dans le projet de loi de finances pour 2019, une volonté de poursuivre la cadence de réalisation de logements aidés, sous différentes formules. Le ministre de l’Habitat l’a assuré, mardi, lors de son audition par les membres de l’instance permanente de l’Assemblée nationale. Il n’en demeure pas moins qu’un député indique que l’État alloue, pour le prochain exercice, uniquement 52% des crédits de paiement demandés par le secteur, prenant le risque de bloquer des chantiers pour défaut de financement.

Souhila H.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Hammadi Souhila

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..