Tayeb Louh à Constantine, “L'Algérie n'est toujours pas à l’abri d’un danger extérieur”

Liberte; le Jeudi 20 Avril 2017
3

Lors d'une rencontre avec les juges, tenue, hier à la cour de Constantine, le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh, a, d’emblée, rappelé que les Algériens ont souffert du terrorisme pendant toute une décennie et qu’ils ont payé un lourd tribut pour le vaincre. Mais ce rappel sonne plutôt comme une mise en garde à l’adresse de “ceux qui veulent déstabiliser le pays”. En effet, dans son discours, le ministre de la Justice a insisté sur l'importance de la paix et de la stabilité, en faisant savoir que “l'Algérie n'est toujours pas épargnée des dangers extérieurs”, notamment avec “ce qui se passe dans les pays voisins”. “Depuis 2011, il y a eu plusieurs tentatives pour déstabiliser l'Algérie”, a-t-il dit, assurant que “grâce au courage et à la sagesse des Algériens, leur plan a échoué”. Le ministre a ajouté que “notre pays est protégé par sa population”. Dans ce même sillage, M. Louh a évoqué la situation chaotique dans laquelle se trouvent plusieurs pays arabes et qui, selon lui, ont été “victimes” de ce qu'on appelle le “Printemps arabe”. Par ailleurs, Tayeb Louh a axé le reste de son discours sur l'importance majeure d'avoir une justice forte et indépendante qui saura protéger le pays de différentes dérives. “Nous œuvrons sans cesse pour apporter de nouvelles réformes des lois”. “Ces dernières, affirme-t-il, ne seront que le début d’un profond changement”, qui “nous aidera à mieux protéger notre pays de tous les dangers”. Il n'a pas manqué, entre autres, de rappeler que la justice algérienne a toujours été indépendante. Plus tôt dans la journée, l’hôte de la Ville des Ponts a procédé à l'inauguration d'un nouveau tribunal dans la commune de Zighoud-Youcef. Dans une brève présentation, le ministre a souligné que “nous devons lutter contre le crime sous toutes ses formes et dans tous les secteurs”, indiquant que “tous les juges sont appelés à traiter avec rigueur les affaires liées aux crimes, à la dilapidation des deniers publics et atteinte à l'ordre public”. Il a insisté, par ailleurs, sur l'importance de l'informatisation des archives et aussi la formation des jeunes diplômés dans ce domaine.

Ines Boukhalfa

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Ines BOUKHALFA

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..