TIZI OUZOU, Deux des victimes du crash d’hélicoptère inhumées hier

Liberte; le Dimanche 13 Aout 2017
3

Lyès Amiali et Smaïl Zoubir, les deux jeunes cameramen, morts tragiquement jeudi à Alger dans le crash de l’hélicoptère appartenant à une filiale de la compagnie Tassili Airlines, ont été inhumés, hier après-midi, dans leurs villages respectifs, à savoir Redjaouna et Timizart. La semaine passée, les deux amis sont partis ensemble à Alger dans la même voiture, et le destin a voulu qu’ils reviennent ensemble aussi, mais dans deux cercueils tristement disposés dans deux ambulances de la Protection civile. Le corps du malheureux Lyès Amiali devait transiter par le village de Bouhinoun où habitent ses parents qui étaient inconsolables, avant d’être inhumé en son village natal de Redjaouna. La dépouille du regretté Smaïl Zoubir aura pris directement la direction de Timizart pour être inhumé dans un climat de tristesse et de consternation. Les deux amis auront fait un long chemin ensemble, mais la faucheuse les a malheureusement séparés et chacun
repose désormais auprès des siens. “C’étaient deux charmants garçons passionnés de caméra et de cinéma que j’ai eu le plaisir de connaître pour avoir travaillé avec eux à leurs débuts, et comme toute le monde, je suis complètement bouleversé”, nous a déclaré, hier, Youcef Goucem, propriétaire de la société Gofilms de Tizi Ouzou, qui était visiblement abattu après l’enterrement de ses deux anciens amis et précieux collaborateurs. Les deux compères avaient la même passion : la photo et le cinéma. Smaïl Zoubir, originaire de Timizart n’Sidi-Mansour, dans la wilaya de Tizi Ouzou, n’avait que 34 ans, et marié depuis une année à peine. Lyès Amiali, son cadet de deux ans, natif de Redjaouna, sur le mont Belloua qui surplombe la ville des Genêts, mordait la vie à belles dents et avait un don exceptionnel pour la prise de vue ! Après avoir découvert, il y a quelques années à peine, le monde fantastique de la photo et de la vidéo, ils se lancèrent dans de multiples projets de reportages et de documentaires qui n’ont fait qu’accentuer leur soif de production et de réalisation photographique et cinématographique. Avec le temps, Smaïl Zoubir, devenu réalisateur, réussira à créer, dans le cadre de l’Ansej, sa propre boîte de production cinématographique dénommée Visiolab, et ce, avec la complicité de son ami de toujours, Lyès Amiali, un cameraman de talent. Mais comme le destin est parfois cruel, les deux “artistes” de la photo et de la caméra ont été ravis à l’affection de leurs familles et de leurs amis à la fleur de l’âge, et ce, en plein tournage. C’est qu’ils faisaient partie des quatre victimes du crash de l’hélicoptère de la compagnie Tassili Airlines survenu, jeudi passé, aux environs d’Alger, alors qu’ils réalisaient un reportage pour l'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif). Dans toute la wilaya de Tizi Ouzou où les deux artistes étaient connus et fortement appréciés par le grand public et le monde de l’art et du cinéma, la triste nouvelle s’était répandue comme une traînée de poudre.

Mohamed HAOUCHINE     

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Mohamed Haouchine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..