Visite de travail du Premier ministre hier à Oran, Sellal insiste sur la plus-value en Algérie

Liberte; le Jeudi 20 Avril 2017
138647

“Notre ambition est de devenir, à l’avenir, l’un des plus grands producteurs d’acier en Méditerranée”, a déclaré le Premier ministre.

C’est une visite marathon, comprenant pas moins de 10 points, qu’a menée, hier, à Oran, le Premier ministre Abdelmalek Sellal, accompagné de nombreux ministres, ainsi que du président du Forum des chefs d’entreprise (FCE),  Ali Haddad, des secrétaires généraux de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA ), Abdelmadjid Sidi-Saïd, et de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), Mohamed Alioui, et des parlementaires des deux chambres. Le Premier ministre devra conclure cette visite par une rencontre, en fin de journée,  avec des membres de la société civile triés sur le volet, devant lesquels il prononcera un discours aux connotations assurément politiques. Mais en attendant, Sellal n’aura eu d’autre leitmotiv, à chacune de ses étapes sur les sites de production industrielle, que celui d’encourager la réduction des importations de produits industriels finis ou des intrants industriels.
En somme, tout faire pour appuyer et encourager les exportations hors hydrocarbures  et créer de la plus-value localement. C’est ce sur quoi il a insisté lors de l’inauguration de l’extension du complexe sidérurgique turc de Tosyali, de l’unité de fabrication de tubes d’acier de Haddad, ainsi que lors de la pose de la première pierre de l’usine Total de lubrifiants. Le Premier ministre déclarera que “notre ambition est de devenir, à l’avenir, l’un des plus grands producteurs d’acier en Méditerranée”, appelant à exploiter les minerais algériens, lors de sa halte sur le site d’extension de l’aciérie Tosyali.
Cette dernière, rappelons-le, implantée dans la zone de Bethioua, a une capacité de production d’acier de 2,1 millions de tonnes en plus des 1,6 million de t/an, déjà produits au niveau des deux premiers complexes sidérurgiques en activité. Le Premier ministre ajoutera à l’attention des Turcs que “la concurrence des autres grands complexes, comme celui d’El-Hadjar, ne doit pas vous faire peur. Notre objectif est de vendre notre acier et il faut d’ores et déjà chercher des clients à l’étranger”.
Ce qui amènera les dirigeants de Tosyali à affirmer que la production des 4 complexes permettra au pays de réaliser un gain de devises de l’ordre de 1,5 milliard de dollars. Sur le site de l’usine du groupe ETRHB du président du FCE, appelé à produire des tubes d’acier, une production qui n’a toujours pas démarré, signalons-le, en présence de Haddad qui restera bien en retrait, le Premier ministre demandera, avant de se soucier des exportations, d’assurer les besoins du marché national. Auparavant, la délégation s’était rendue à Tafraoui pour l’unité de raffinage de sucre du groupe Berrahal.
Sur place, comme l’avait déjà fait par le passé le ministre de l’Industrie, Abdeslam Bouchouareb, le chef de l’Exécutif insinuera que l’entrée en production de ce complexe devra mettre fin au monopole, faire baisser les prix et ensuite exporter. À côté de cela, sellal demandera à ce que les industriels se lancent dans la production de la betterave sucrière pour mettre fin aux importations de matières premières. Durant la matinée, d’autres points ont constitué les étapes de cette visite de terrain, comme l’unité de produits pharmaceutiques, le stade olympique et la route du port devant être achevée en 2018.

D. L.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): LOUKIL D

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..