France : le Parti socialiste en route vers l’implosion

Tsa; le Mardi 4 Avril 2017
138306 138305

Encore un signe supplémentaire du désarroi qui règne actuellement au Parti socialiste : le Bureau national qui devait se tenir ce lundi 3 avril est reporté au jeudi 6 avril. Officiellement pour « des raisons d’agenda ». Officieusement, il était en effet certainement plus judicieux de reporter cette réunion importante après le débat du 4 avril sur BFMTV et C News qui doit opposer les onze candidats à la présidentielle.
Il faut dire que l’ordre du jour de ce bureau national est sensible : que faire des militants qui ont ouvertement apporté leur soutien à Emmanuel Macron, le leader de En Marche ! À travers cette interrogation, c’est bien entendu la question des investitures du PS pour les élections législatives des 11 et 18 juin qui est posée. Elle va notamment concerner Manuel Valls, l’ancien Premier ministre et candidat malheureux à la primaire du PS contre Benoit Hamon qui a annoncé la semaine dernière qu’il voterait pour Emmanuel Macron, reniant ainsi le pacte de la primaire qui obligeait les candidats à se ranger derrière le vainqueur… Logiquement, Manuel Valls aurait même dû être exclu du PS. Il y a quelques mois en effet, Jean-Christophe Cambadelis, Premier secrétaire du PS menaçait de sanction les socialistes appelant à soutenir Emmanuel Macron… En vérité, il ne s’est rien passé, Jean-Christophe Camabadelis jugeant plus prudent de ne pas ouvrir les hostilités dans un parti déjà passablement affaibli et divisé.
Quid de l’investiture socialiste aux législatives?
Il n’empêche, l’heure de la clarification semble venue dans la perspective des investitures pour les élections législatives. … mais sans doute prudemment. Ce sera l’objet du Bureau national. Que faire des parlementaires tentés ou ouvertement ralliés à Emmanuel Macron ? En fait, comme l’explique un cacique du PS, « il y a trois cas de figure ». Le premier, est le plus simple à traiter, il s’agit des 21 députés qui ont ouvertement parrainé Emmanuel Macron, lors de la récolte des 500 signatures pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle. Pour eux, c’est clair ils n’auront pas l’investiture socialiste pour les législatives. On retrouve notamment des députés ralliés à Emmanuel Macron, tels Richard Ferrand, député du Finistère et… secrétaire général du mouvement En Marche ! et Christophe Castaner, député des Alpes de Haute-Provence et… porte-parole d’Emmanuel Macron.
Le « cas » Manuel Valls
Le deuxième cas concerne ceux qui ont appelé à voter Macron à la présidentielle. Le plus célèbre est évidemment Manuel Valls, mais il y a aussi d’autres députés, dans le Rhône notamment, dans le sillage de Gérard Collomb, le sénateur-maire (PS) de Lyon. Que faire avec eux ? Jean-Christophe Cambadélis joue la prudence et préférera attendre le résultat de l’élection présidentielle.
De fait, il n’est pas du tout certain que Manuel Valls et ses troupes rejoignent ouvertement Emmanuel Macron si celui-ci devient président. Il peut choisir de rester au sein du PS et espérer (de son point de vue) en devenir le Premier secrétaire à l’issue d’un congrès qui aura lieu en novembre. Et quand bien même il souhaiterait rallier En Marche !, il n’est pas totalement évident qu’il obtiendrait l’investiture de ce mouvement. Emmanuel Macron n’a t-il pas lui-même déclaré qu’il ne souhaitait pas le ralliement de Manuel Valls ? Il est donc plus probable que Manuel Valls voudra plutôt concourir dans sa circonscription de l’Essonne sous les couleurs socialistes. Mais alors, il aura un candidat macroniste en face de lui. Car Jean-Paul Delevoye, l’ancien ministre chiraquien rallié à Macron, et président de la commission d’investiture de En Marche! l’a dit et répété, il y aura des candidats macronistes dans chacune des 577 circonscriptions.
Pas de « double appartenance »
On en arrive alors au troisième cas de figure. Quid des candidats socialistes qui auront demandé et obtenu l’investiture de En Marche ? La double appartenance En Marche !/PS étant impossible, ils devraient alors sacrifier leur étiquette PS.
Le bureau national du PS devra donc trancher ces différents litiges. « Ça va être la Saint-Barthélémy… ou la Saint-Jean-Christophe », a ironisé Richard Ferrand sur BFMTV.
Une implosion du PS lors d’un congrès en novembre?
Tout ce psychodrame autour des prochaines élections législatives montre l’état de décomposition dans lequel se trouve le PS né à Epinay en 1971. Il y a de fortes chances, surtout si Emmanuel Macron devient le prochain président de la République, que le Parti socialiste soit laminé lors des élections du mois de juin. On le sait, l’ancien ministre de l’Economie veut rassembler une majorité absolue autour de lui et il ne veut aucun accord d’appareil avec le PS pour ne rien lui devoir. Si Macron réussit son pari de disposer d’une « majorité présidentielle » absolue à l’Assemblée nationale, Manuel Valls – s’il retrouve son poste de député – et ses fidèles ne pourront alors pas réellement peser. Pis, s’ils votent tel ou tel texte de loi présenté par le gouvernement de la « majorité présidentielle », ils ne vont alors qu’aggraver la fracture au sein d’un PS déjà fragilisé, car l’aile gauche du parti mais aussi son centre – incarné par les Aubrystes – n’apporteront pas leur soutien à Macron.
On le voit, l’heure de la recomposition aura cette fois réellement sonné. Ce sera lors du congrès de novembre prochain. Un scénario à l’allemande… mais inversé, n’est pas à exclure. En 2005, Oskar Lafontaine, ancien leader du SPD, en désaccord avec la politique « sociale libérale » menée par Gerhard Schröder, quitte le parti pour fonder « Die Linke ». Au congrès du PS, en novembre, on peut tout à fait imaginer que, mis en minorité au sein du parti, Manuel Valls décide, volontairement ou sous la contrainte, de le quitter pour lancer son propre mouvement « progressiste » ou « social libéral ». Mais alors, ses ambitions présidentielles risquent d’être sérieusement compromises, faute de pouvoir se retrouver en situation… Comme à l’époque, son mentor Michel Rocard.

« Plus d’information sur l’économie et la finance sur latribune.fr »

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Jean-Christophe Chanut en partenariat avec latribune.fr Jean-Christophe Chanut en partenariat avec latribune.fr

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..