Sonatrach : Moumen Ould Kaddour, un PDG déjà fragilisé à la tête d’une compagnie en plein doute

Tsa; le Lundi 20 Mars 2017
137600

Le PDG de la compagnie Sonatrach, Amine Mazouzi, a été limogé ce mardi 20 mars. Moumen Ould Kaddour, dirigeant de Brown & Root Condor (BRC), une filiale de Sonatrach en partenariat avec une entreprise américaine, est nommé à la tête de la compagnie pétrolière publique, selon un communiqué du ministère de l’Énergie. Ce personnage est réputé proche de l’ex-ministre de l’Énergie, Chakib Khelil. Ould Kadour, à la tête de BRC, a également été impliqué dans un vaste scandale de détournement de fonds et condamné à une peine de prison. Un choix étonnant.
Depuis l’éclatement des scandales de corruption en 2009 et 2010, la compagnie pétrolière, poumon économique de l’Algérie, est minée par une instabilité managériale inquiétante. Meziane, Cherouati, Feghouli, Zerguine, Sahnoun, Mazouzi et Ould Kaddour… Depuis 2010, la Sonatrach est à son 7e PDG. Une moyenne de un par an.
Le plus étonnant est qu’Ould Kaddour arrive déjà fragilisé. Condamné à de la prison pour un vaste scandale de corruption, ce personnage arrive avec un a priori négatif. Une telle situation est extrêmement dommageable pour un géant de la taille de la Sonatrach. Cette compagnie, stratégique au plus haut point, pâtie d’une série d’interférences politiques, d’une absence de stratégie de long terme et d’une gestion hasardeuse. En effet, elle en devient ingérable et se retrouve confrontée d’année en année à un vide au sommet, qui ne permet pas de fixer un cap.
| LIRE AUSSI : Sonatrach gangrenée par les politiques
Les nominations et limogeages, au gré des changements de conjoncture, de ministre ou de l’éclatement de scandales de corruption donnent une image d’une compagnie instable. Un géant au pied d’argile, sans cesse fragilisé. L’héritage, la gestion et le lourd passif présumé de Chakib Khelil, ancien « tout-puissant » ministre de l’Énergie n’a donc pas fini de créer des remous.
Au-delà, ce nouveau changement intervient au lendemain d’un rapport « gênant » de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sur les niveaux de production des réserves pétrolières du pays. Ce document contredit l’optimisme affiché par la compagnie nationale notamment sur les investissements programmés et réalisés. Il annonce même un déclin progressif de la production algérienne de pétrole. Ces derniers jours, la Sonatrach a publié un bilan pour tenter de contredire les données de l’AIE. Une stratégie de communication improvisée, en vain.
Sur le même sujet :

Investissements de Sonatrach : l’Algérie se tire une balle dans le pied
Sonatrach : chronologie d’une crise qui dure depuis 2010

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Tewfik Abdelbari

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..