123 villas sans commodités : Un lotissement otage de mauvaises décisions

Elwatan; le Mercredi 30 Mars 2011
1


Privées de toutes les commodités, électricité, gaz, AEP et assainissement, les quelques familles, -qui étaient obligées de s’installer dans leurs nouvelles demeures-, vivent le calvaire depuis ces années et recourent à des moyens archaïques pour se chauffer, alors que l’évacuation des eaux usées se fait par des moyens bricolés qui les exposent aux risques de maladies à transmission hydrique. Ceci se passe dans une zone qui fait partie de la ville de Batna, sur le flan gauche à la sortie de la ville, sur la RN3 menant à Biskra. Pourquoi tant de temps pour placer des raccordements de base ? A l’origine, c’est un refus opposé par la direction de la Sonelgaz qui a tout bloqué.

Les services de la Sonelgaz de Batna ont refusé en effet le raccordement aux réseaux d’électricité et de gaz sous prétexte que le lotissement empiète sur la zone de sécurité du pipeline qui passe à côté. Un prétexte que récuse le promoteur, Mohamed Soltani, qui étale le permis de lotir, le permis de construire et toutes les autorisations nécessaires pour construire sur le terrain ciblé. «Nous avons construit dans les règles et notre terrain est situé dans les limites du plan d’occupation du sol», nous a-t-il déclaré hier. Qu’est ce qui justifie alors ce refus ? Les acquéreurs ne comprennent pas pour quelle raison les habitations anarchiques construites tout juste à côté sont raccordées et pas eux. Pour eux, il s’agit d’un blocage délibéré dans le cadre d’échange de coups entre le promoteur et des responsables de la Sonelgaz. Mais cette histoire est dépassée aujourd’hui en tous cas.

La sollicitation par le promoteur de la direction générale de la Sonelgaz a débloqué la situation et la tutelle a instruit la direction locale de lever les réserves compte tenu du respect de la limite de sécurité. Par conséquent, le lotissement a pu avoir, en janvier dernier, l’autorisation de raccordement et la balle se trouve en ce moment dans le camp des services de la commune. C’est à ces derniers que revient maintenant la responsabilité d’établir le montage financier et lancer l’avis d’appel d’offres pour l’opération. Combien de temps les habitants de la cité doivent-ils encore attendre ? Cela dépendra de la célérité et du bon vouloir des responsables de la commune, en attendant que les services de l’ADE et ceux de l’ONA fassent de même.                                          
 

Categorie(s): batna

Auteur(s): Nouri Nesrouche

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..