Abdelkrim Abidat. Consultant international chargé de la prévention jeunesse : On espère cette année 90% de réussite

Elwatan; le Vendredi 21 Mai 2010
1


- Voilà deux semaines que vous êtes en contact avec les candidats au bac. Comment les trouvez-vous ?

Ils sont incroyablement stressés et souffrent même d’un blocage psychologique. Ils ont perdu confiance en eux. La perte de confiance en soi, ça se soigne. Nous avons d’ailleurs, à la deuxième session de cette opération, travaillé sur le blocage psychologique, la peur de l’échec et la déstabilisation physique et mentale. Ce qui explique la grande fatigue et l’angoisse qui s’installent chez les candidats. La pression sur leur système nerveux est très forte : leurs corps, épuisés par le stress, manquent de magnésium et d’oxygène. J’ai également remarqué qu’ils souffrent énormément de palpitations cardiaques. Une boule d’angoisse s’installe alors en provoquant un désordre psychique qui entraîne un repli sur soi-même. Dans ce cas, les filles explosent plus facilement en larmes que les garçons, qui, eux, se tournent vers le tabac.

- Des conseils pratiques pour qu’ils surmontent ces carences et blocages ?

Afin de revitaliser les cellules, je conseille la consommation d’eau minérale et de jus naturels pour mieux oxygéner le corps. Attention aux produits trop chimiques ! Je conseille aussi aux candidats d’éviter l’engrenage des médicaments. Ensuite, ils doivent apprendre à mieux respirer et à décontracter leurs corps. Les exercices que nous proposons dans ce sens ont donné leurs résultats. Pendant ces séances, je recevais des candidats en crise de larmes qui ressortaient en ayant confiance en eux.

- Les résultats sont-ils vraiment immédiats ?

Oui. C’est la troisième année que cette initiative a lieu, les résultats au bac sont extraordinaires. En 2008 (à Bouchaoui), le taux de réussite des candidats bénéficiaires était de 50% alors qu’en 2009 (au lac de Réghaïa, le taux était de 60%. Pour cette année, je suis optimiste et j’envisage un taux proche des 90%. Et pour éviter toute polémique autour de ces résultats, ces données chiffrées sont minutieusement vérifiées.

- Pourquoi ne pas élargir cette initiative à l’ensemble des lycéens du pays ?

C’est notre souhait mais nous n’en avons pas les moyens. Le ministère de l’Education nous ferme ses portes. L’idéal est de tenir cette opération tout au long de l’année auprès des élèves et près de chez eux. Cette année, nous avons choisi le Jardin d’essais pour permettre au maximum de candidats, même ceux des wilayas limitrophes, d’en bénéficier. Mais nous devons également penser à ceux habitant les autres wilayas. Il faut que les différents ministères concernés, à savoir l’Education, l’Enseignement supérieur, la Jeunesse et les Sports et la Solidarité nationale s’impliquent davantage pour l’intérêt de nos candidats. Je déplore d’ailleurs l’absence du ministère de l’Education à la séance inaugurale.

Categorie(s): tendances

Auteur(s): Nassima Oulebsir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..