Akli Tadjer. Ecrivain : «Il y a peu de prix littéraires en Algérie valorisant des éditeurs et des auteurs…»

Elwatan; le Jeudi 16 Octobre 2014
89717


- Comment est né ce prix et quels sont ses objectifs ?

Le prix des Escales littéraires d’Alger est apparu seulement l’année dernière. Il s’agit donc de la deuxième édition cette année. Il est né de la volonté conjointe du Sofitel et d’acteurs du monde du livre de valoriser la scène littéraire algérienne. Alors que la littérature est très dynamique en Algérie, il n’y a pas ou peu de prix littéraire permettant de mettre en avant le travail des éditeurs et des auteurs dans toute leur diversité. C’est notre ambition.

- Quels sont les livres sélectionnés ?

Nous avons repéré huit romans parus l’année passée, édités en langue française, en Algérie, par des éditeurs algériens. La sélection est à la fois hétéroclite et exigeante aussi bien dans les styles présentés que dans le parcours des auteurs, confirmés ou non. Mais chacun a son originalité et présente un visage intéressant de la littérature contemporaine algérienne. Nous avons donc lu Nazim Benhabib (Le Nid de la Colombe, éd. Dalimen) ; Kamel Daoud (Meursault, contre-enquête, éd. Barzakh) ; Djamila Lounis-Belhadj (La Femme en clair-obscur, éd.

Casbah) ; Samir Toumi (Alger, le cri, éd. Barzakh) ; Abderrahmane Mekhelef (Un brin de menthe à l’oreille, éd. Apic) ; Mohamed Magani (Rue des Perplexes, éd. Chihab) ; Leila Nekkache (La Maison des images, éd. Rafar) ; Rachid Mokhtari (Mauvais sang, éd. Chihab). Toutes ces lectures ont alimenté des débats passionnés entre les six membres du jury !

- La présence de Kamel Daoud sur cette liste ne risque-t-elle pas de déséquilibrer le prix ?

Nous avions sélectionné le roman de Kamel Daoud peu après sa sortie en librairie en Algérie. Il a depuis connu un destin exceptionnel, suite notamment à sa publication en France puis aux prix qu’il a obtenus ou pour lesquels il est sélectionné. En ce sens, il se démarque évidemment, mais ce n’est pas un critère pour les Escales littéraires ! Le jugement de chaque membre du jury était déjà fait avant que Meursault, contre-enquête ne soit sur les listes des prix littéraires français.

Notre lecture s’est basée sur les qualités intrinsèques de chaque ouvrage et non sur les échos qu’il a suscités. A ce titre, nous comparons les qualités d’écriture, de narration, l’originalité de chaque livre. Tous les auteurs sont lus et appréciés pour leur travail et le choix n’est pas si évident. Verdict, donc aujourd’hui à 15h au Sofitel d’Alger, en présence des écrivains et de leurs éditeurs.

Categorie(s): culture

Auteur(s): Rémi Yacine

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..