Al Sissi a livré des armes aux troupes de Haftar : Qui veut «exploser» la solution politique en Libye ?

Elwatan; le Lundi 13 Octobre 2014
89638


L’Egypte d’Al Sissi est-elle le nouveau pourvoyeur d’armes des troupes de Khalifa Haftar qui combattent la galaxie islamiste en Libye ? Pour le site français Mondafrique, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Officieusement — et c’est là le plus important —, l’Egypte a fait aussi livrer en Libye, la semaine dernière, un bateau rempli à ras bord d’armement. Dont des chars qui faisaient cruellement défaut jusqu’ici aux modérés. D’après certaines observations du terrain, une opération de reconquête de Tripoli pourrait même être prochainement déclenchée», lit-on en effet sous la plume de Caroline Bright.

Une information qui paraît bizarre tant les caisses égyptiennes sont pratiquement vides. Mais Mondafrique croit savoir que c’est le cousin du colonel El Gueddafi, Ahmed Kadaf Edam, qui va mettre la main à la poche. Cet homme, qui vit au Caire, est décrit comme «immensément riche et pourrait donner un coup de main (…) à condition d’obtenir en échange un rôle de premier plan en Libye».
L’ex-maréchal et actuel raïs, Al Sissi, qui cherche à établir son influence en Libye, ne verrait pas en effet d’un mauvais œil un tel deal, même avec un homme qui a forcément du sang sur les mains.  Mondafrique glisse d’ailleurs que le Conseil de l’Union européenne vient tout juste d’annuler le gel de ses avoirs financiers. Comme par hasard…

Chassé-croisé des gradés libyens au Caire

Autre argument de l’activisme souterrain de l’Egypte pour reprendre la main en Libye, le journal révèle que «tout ce que la Libye compte de gradés et d’officiels non islamistes défile en rangs serrés au Caire, sur invitation d’Al Sissi en personne». Et le dernier en date n’est autre que le Premier ministre libyen reconnu par la communauté internationale, Abdallah Al Théni. Fait curieux, ce dernier a déclaré, lors d’une conférence de presse au Caire, qu’il n’était pas au courant de l’initiative d’Alger pour un dialogue politique interlibyen ! Mieux encore, il a révélé l’objet de sa mission au Caire en se demandant pourquoi l’Egypte n’est pas associée à l’initiative d’Alger.

Autrement dit, le Premier ministre libyen fait un peu de la sous-traitance diplomatique pour Al Sissi. Il est en effet évident que ce dernier n’apprécie pas le leadership de la diplomatie algérienne dans la recherche de la solution via un dialogue inclusif entre factions libyennes.  Bien qu’officiellement, les hauts responsables égyptiens se soient gardés d’exprimer une quelconque animosité, les responsables libyens ne se privent guère de pointer la soi-disant non-association du Caire à l’initiative d’Alger, adoubée y compris par Ban Ki-moon.

Ces révélations sur les livraisons d‘armes au camp dit des «modérés» par l’Egypte paraîssent assez crédibles. Et cela constituerait une grande menace sur le processus politique piloté par Alger et va évidemment replonger la Libye dans une terrible guerre civile. Du coup, c’est l’initiative politique des voisins de la Libye, lancée en grande pompe, qui risque de  tomber à l’eau au profit d’une démarche sécuritaire que semble privilégier l’Egypte d’Al Sissi. On comprend mieux pourquoi la diplomatie algérienne n’a pas encore fixé de date de la réunion d’Alger devant baliser le terrain à un dialogue entre les factions libyennes.Comme l’envisage Mondafrique, un embrasement général en Libye, dans les semaines à venir, n’est hélas pas une vue de l’esprit. Les forces de la paix semblent supplantées par celles de la guerre.                            

Categorie(s): international

Auteur(s): Hassan Moali

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..