Alger en bref

Elwatan; le Mardi 19 Novembre 2013
1


-Annassers 2 (Kouba) : trois semaines de fuite d’eau

Une fuite d’eau est apparue depuis plus de trois semaines sous un immeuble de la cité des Annassers 2, à Kouba. Cette perte d’eau est, signalent les riverains, due à la vétusté des tuyaux. Malgré plusieurs appels et rappels à la Seaal, qui promet d’envoyer une équipe technique, à ce jour aucune intervention n’a été initiée pour réparer la grosse fuite. Les habitants de l’immeuble se soucient de cette perte d’eau qui pourtant ne «touche» nullement les abonnés de cet immeuble.
Ces derniers ont essayé de trouver des réparateurs qui refusent de toucher à ces tuyaux qui relèvent de la compétence de la Seaal ou de l’OPGI. Va-t-on laisser ce précieux liquide finir dans les égouts ?, s’indignent les riverains.
Ce débit important qui continue à couler représente au moins un mois de consommation pour toute la cité. La sécheresse nous guette et aucune inquiétude ni conscience au niveau de cette société qui est pourtant chargée de répondre au moindre appel
des fuites. Jusqu’où ira ce laisser-aller ?

-Métro : exercice de simulation

La Protection civile devait mener dans la nuit de lundi à mardi (minuit) un exercice au niveau du métro d’Alger.  «L’exercice de simulation, le deuxième du genre, après celui effectué toujours au métro en décembre 2011, a pour but de former notre personnel sur la conduite d’une opération d’extinction d’un feu sur le réseau ferré et mettre en application les différentes techniques relatives à la prise en compte des diverses problématiques engendrées par les interventions sur le réseau ferré», nous a indiqué le chargé de la communication de la Protection civile, le lieutenant Sofiane Bakhti.

Le scénario : un feu qui prend dans la cabine du conducteur dans l’interstation (Fusillés et jardin d’essai) et l’impossibilité des agents de la RATP, gestionnaire du métro, en raison par ailleurs du blocage de la clef de désenfumage de l’éteindre. Le gestionnaire devra, selon l’exercice, faire appel à la protection civile qui dispose actuellement d’un service fixe au niveau du centre de commandement. «L’équipe de la Protection civile doit effectuer simultanément la reconnaissance de l’ensemble de la structure, l’extinction de l’incendie et la prise en charge des victimes : un décès et des blessés, soit 23 victimes en totalité», précise M. Bakhti qui assure que la protection civile va établir un poste médical avancé. 85 pompiers seront associés à l’exercice (médecins, officiers et divers moyens). Des pompiers sont en formation à Paris pour de pareils exercices.
 

Categorie(s): alger

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..