Alors que les accidents de la route font toujours plus de victimes : Une réunion interministérielle se penche sur les causes

Elwatan; le Samedi 11 Octobre 2014
89584


La sécurité routière est, depuis quelques années, l’une des préoccupations majeures de tous, autorités et société. Mais ne serait-ce que dans les discours ? Au-delà des bilans et autres campagnes de sensibilisation, le gouvernement connaît-il en profondeur ce phénomène ? Il semblerait que cela ne soit pas le cas. Pour preuve, ce n’est que maintenant que l’on s’accorde à dire qu’un «examen» approfondi et global de la situation est urgent. Une réunion de coordination multisectorielle sera ainsi «bientôt» organisée afin de se pencher sérieusement sur les causes de l’hécatombe routière qui n’en finit pas.

Le ministre des Transports, Amar Ghoul, a précisé que seront réunis «des responsables et experts des ministères des Transports, de l’Intérieur et des Collectivités locales, des Travaux publics et de la Défense nationale ainsi que des services de la Gendarmerie et de la sécurité nationales», avec pour but d’examiner «les causes de la hausse des accidents de la route et de prendre, ainsi, les mesures nécessaires pour limiter l’ampleur du phénomène», a-t-il déclaré en marge d’une séance plénière réservée aux questions orales du Conseil de la nation, précise l’APS.

A l’issue de cette rencontre, des «mesures répressives» devraient être prises afin de mieux lutter contre ce phénomène qui a «augmenté de manière terrifiante», d’où la «nécessité d’une coordination entre tous les secteurs concernés». Et les chiffres font froid dans le dos. L’année 2013 a enregistré 42 864 accidents de la route qui ont fait 4540 morts et 58 269 blessés, classant l’Algérie parmi les premiers pays au monde dans ce registre. Quant aux pertes matérielles et financières, elles sont estimées à plus de 100 milliards de dinars par an.

Pour ce qui est du «nouveau permis», le ministre a indiqué que son secteur se préparait à «la mise en place du permis biométrique en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, lequel est chargé de l’élaboration de banques de données relatives à la carte grise, aux permis de conduire et aux infractions, et ce, comme une étape nécessaire avant le lancement de ce nouveau permis».

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Ghania Lassal

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..