Au moins 18 rebelles tués à Ras Lanouf : La riposte sanglante des troupes d’El Gueddafi

Elwatan; le Jeudi 31 Mars 2011
57033


Les frappes aériennes de la coalition ont repris hier après-midi à l’est de Tripoli, alors que les insurgés subissaient de nouveaux revers, les forces du dirigeant Mouammar El Gueddafi ont repris le site pétrolier de Ras Lanouf et progressé vers Brega. L’OTAN a de son côté annoncé avoir commencé hier à assurer le commandement des opérations aériennes de bombardement sur la Libye en prenant la suite de la coalition dirigée par les Etats-Unis. Un raid aérien contre les forces du colonel Mouammar El Gueddafi a été mené hier peu avant 15h GMT à l’ouest d’Ajdabiya, a constaté un journaliste de l’AFP. A plusieurs kilomètres de la ville, une énorme boule de feu de plusieurs dizaines de mètres est montée dans le ciel, suivie d’un immense champignon de fumée noire. Le raid a été immédiatement salué par une centaine de rebelles rassemblés à la porte ouest d’Ajdabiya, a-t-il témoigné.


Alors que les forces loyalistes, revigorées par l’absence de frappes aériennes occidentales depuis plusieurs jours, ont repris hier matin le port pétrolier de Ras Lanouf et progressé vers Brega, à environ 80 km à l’ouest d’Ajdabiya, les rebelles ont multiplié les appels à l’aide à la coalition internationale. Ras Lanouf, à 370 km à l’ouest de Benghazi, le bastion des rebelles dans l’Est, avait été prise par les insurgés le 27 mars. Pris sous d’intenses tirs de char et d’artillerie, des centaines de rebelles paniqués ont dans un premier temps reflué vers la ville de Brega, à une centaine de kilomètres plus à l’est. «On a un gros souci, on se replie», a expliqué à l’AFP l’un des combattants, Salama Dadida. «Nous voulons que les Français bombardent les soldats (d’El Gueddafi, ndlr)», a renchéri un autre rebelle, Ali Atia Al Fatouri, alors que s’intensifiaient les tirs d’armes lourdes et légères.


Les rebelles perdent du terrain  


Dans l’après-midi, les insurgés poursuivaient leur repli vers l’est en direction d’Ajdabiya, selon des journalistes de l’AFP. Et la ville d’Ajdabiya elle-même continuait à se vider de ses habitants et des derniers journalistes encore présents. Selon des sources proches des rebelles, Brega est tombée aux mains de l’armée gouvernementale dans l’après-midi, une information invérifiable directement. Plus à l’ouest, à Misrata, les forces loyales ont mené une nouvelle offensive à coups d’obus de char et de roquettes hier, au lendemain d’une attaque qui a fait 18 morts, selon la rébellion et un médecin. L’avancée des insurgés a été stoppée puis inversée ces deux derniers jours par les forces du régime.


Les rebelles réclamaient à cor et à cri la reprise des frappes aériennes internationales sur la route de Syrte, ville natale du colonel El Gueddafi, interrompues depuis deux jours. Cet appui aérien, lancé le 19 mars avec le feu vert de l’ONU, est essentiel pour la progression des rebelles sous-équipés par rapport aux forces loyalistes. 
«Nous voulons deux choses», explique à l’AFP un combattant, Younès Abdelghaim, brandissant une kalachnikov et un drapeau français, interrogé près de la ville de Brega. «Que les avions bombardent les chars et l’artillerie lourde d’El Gueddafi, et qu’elle (la coalition, ndlr) nous donne des armes pour qu’on puisse se battre.» Cette question de la fourniture d’armes aux insurgés divise toutefois la communauté internationale. L’OTAN a annoncé qu’elle avait commencé hier à assurer le commandement des opérations aériennes de bombardement en prenant la suite de la coalition dirigée par les Etats-Unis.


Le transfert a débuté hier et se fait «graduellement», a affirmé un responsable de l’Alliance atlantique à l’AFP.  Selon la porte-parole de l’OTAN, Oana Lungescu, «aujourd’hui des avions de l’OTAN volent sous commandement OTAN dans le ciel libyen». «L’OTAN commande toutes les unités qui ont été placées sous son autorité», a-t-elle indiqué, en se refusant de préciser si ces appareils participaient à des frappes. «Le transfert se poursuit, et beaucoup plus de moyens vont être placés sous commandement OTAN dans les heures à venir.» Un diplomate allié avait indiqué mardi que l’OTAN allait prendre le commandement effectif de toute l’opération ce matin. Hier, M. Juppé a fait état de «premières défections» autour de Mouammar El Gueddafi.

Categorie(s): l'événement

Auteur(s): Rédaction internationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..