Autres temps, autres mœurs : Profession : Faux témoin

Elwatan; le Jeudi 8 Octobre 2015
1


La dépravation des mœurs et la course effrénée pour le lucre sont à l’origine de l’apparition de plusieurs phénomènes à Souk-Ahras et c’est probablement une nouvelle ère révélatrice de maux profonds qui s’annonce tacitement… pour le moment. De toutes ces activités illégales en vogue, le faux témoignage rémunéré est celui qui fait le plus d’émules dans cette wilaya. L’acte le plus bénigne commence avec une proposition pour un certificat de non activité moyennant 200DA pour ensuite, passer aux documents officiels et aux témoignages devant les tribunaux.

Pour ficeler un dossier administratif, judiciaire ou autre, il suffit de les étoffer  de témoignages et c’est parfois la forme qui impose le verdict ou la décision administrative. Agressé récemment par trois malfrats non loin de la maison où il habite, Sobhi, un fonctionnaire n’a jamais réussi à faire valoir ses droits à cause de faux témoins qui ont solennellement déclaré devant le juge que les trois individus en question étaient leurs invités le jour de l’agression. «Des affaires similaires, on en voit des dizaines chaque année et c’est vrai que devant une présence physique et un témoignage apporté conformément aux textes légaux, la justice ne peut qu’appliquer la loi, même si le doute est, parfois, présent à plus de 50%», nous confie une source judiciaire.

Cette dernière a ajouté que des affaires encore plus graves que l’agression ou la rixe sont affectées par ce phénomène. Côté rue, l’on parle d’un vrai marché qui a ses tenants parmi une caste exerçant en professions libérales. «C’est un secret de polichinelle puisque je peux énumérer même les abonnés de ces procédés frauduleux qui passent la journée à proposer leurs services aux abords des APC et des tribunaux (…) pour les grandes affaires, la mise est plus importante mais les témoins aussi», conforte un commerçant du centre ville.

Dans un café maure indiqué par ce même interlocuteur, le négoce est presque à haute voix et c’est grâce aux personnes introduites dans le circuit que l’on traite des affaires du genre. «On y vend des biens immobiliers dont ceux en situations litigieuses, on y recycle beaucoup d’argent sous les auspices de la plèbe locale, on y assure toutes les autres activités douteuses et le faux-témoignage est au bas des prouesses de ces groupes suffisamment introduits dans tous les canaux officiels pour vous informer d’une décision locale, d’une protestation, voire d’un verdict avant l’heure», rapporte Omar un étudiant en médecine, témoin de plusieurs affaires du genre.                                  
 

Categorie(s): actu est

Auteur(s): A. D.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..