Bahreïn : L’opposition rejette les ingérences de Téhéran et Riyad

Elwatan; le Jeudi 31 Mars 2011
1


«Nous ne voulons pas que Bahreïn se transforme en scène d’affrontement entre l’Arabie Saoudite et l’Iran», a déclaré le chef du mouvement Al Wefaq lors d’une conférence à Manama, en présence des responsables de six autres formations de l’opposition, selon l’AFP. «C’est pourquoi, a-t-il ajouté, nous demandons au royaume d’Arabie Saoudite de retirer les troupes du Bouclier de la péninsule, et nous demandons à l’Iran de ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures de Bahreïn.»

L’Iran a dénoncé avec force le déploiement de troupes saoudiennes à Bahreïn, dans le cadre de la force commune des pays du Golfe nommée «Bouclier de la Péninsule», dépêchée dans le royaume pour prêter main-forte à la dynastie sunnite des Al Khalifa. Le pouvoir a réprimé à la mi-mars un mouvement de contestation animé par l’opposition dominée par les chiites qui forment la majorité de la population   autochtone. Les violences ont fait 24 morts en un mois. Cheikh Salmane a déploré le fait que le pouvoir «ait eu recours à l’option sécuritaire, ce qui a coupé la voie au dialogue». Mais il a affirmé que l’opposition n’appelle plus ses partisans «à manifester ni à s’affronter aux forces de l’ordre» ; proclamant samedi «jour de deuil à la mémoire des martyrs».


Les sept formations d’opposition ont en outre publié un communiqué conjoint dans lequel elles ont affirmé «refuser toute ingérence de toute partie que ce soit» à Bahreïn, et dénoncé en même temps la tentative des autorités de «présenter le mouvement populaire comme un complot étranger». Six figures de l’opposition ont été arrêtées le 17 mars et ont été déférées à la justice militaire. 

Categorie(s): l'événement

Auteur(s):

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..